C'est arrivé en ce jour

 

C'est arrivé le 28 juin 2004

Élection des libéraux de Paul Martin à la Chambre des communes à Ottawa

Les libéraux de Paul Martin remportent les élections générales fédérales avec 36,7% des voix. Ils font élire 135 députés à la Chambre des communes contre 99 pour leurs plus proches rivaux, les conservateurs de Stephen Harper.

Le Parti libéral (PLC) doit se contenter d'un gouvernement minoritaire, le premier au Canada depuis 1979-1980, puisqu'il ne fait élire que 135 des 308 députés que compte la Chambre des communes. En plus des 99 élus du Parti conservateur (PCC), les libéraux devront composer avec les 54 députés du Bloc québécois (BQ) et les 19 du Nouveau Parti démocratique (NPD), plus un indépendant. Pour réaliser leurs projets de loi, les libéraux devront donc obtenir l'appui d'une ou de deux autres formations, ce qui ouvre la porte à de nombreuses spéculations. C'est au Québec que le parti de Paul Martin encaisse les pertes les plus importantes. Il se retrouve avec 21 députés sur une possibilité de 75, une déroute dont le premier ministre tire des conclusions : « Il n'y a pas de doute que le dossier des commanditaires a été un facteur. » Quelques vedettes libérales sont battues, mais la plupart des têtes d'affiche du parti remportent la victoire dans leurs circonscriptions respectives (Pierre Pettigrew, Lucienne Robillard, Irwin Cotler, Stéphane Dion, Jean Lapierre, etc.) Le succès du BQ - 4 députés et 48,8% du vote au Québec- égale à peu près celui de 1993, ce qui couronne une campagne menée avec brio par le chef Gilles Duceppe. Un autre grand gagnant de la soirée est le Parti vert qui récolte 4,3% des intentions de vote à la grandeur du pays, ce qui assure cette formation d'un meilleur financement pour les élections à venir. En terme de pourcentage, les résultats sont les suivants : PLC, 36,7%, PCC, 29,6%, NPD, 15,7%, BQ, 12,4% (48,8% au Québec), Verts, 4,3%. Une ombre au tableau : le taux de participation qui continue de décroître, atteignant 60,5% au Canada et 58,9% au Québec, des creux qui inquiètent les observateurs et la classe politique.

Un texte original du Bilan du siècle composé par:
Serge Gaudreau; Source: Le Devoir, 29 juin 2004, p.1, A3 et A10; La Presse, 29 juin 2004, p.1, A2-A25; 30 juin 2004, p.1, A4-A10.


Paul Martin, homme politique
Source image: Collection publique

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde.