Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Éva Circé-Côté (1871-1949) Femme de lettres

Essayiste, musicienne, journaliste, dramaturge, bibliothécaire, elle fut d’abord connue comme poète sous les noms de Colombine et de Musette. Elle fait ses études au couvent des sœurs de Ste-Anne de Lachine et, en 1900, envoie un premier texte à Louvigny de Montigny du journal «Les Débats» auquel elle collaborera pendant un an. Elle fonde «L’Étincelle» en 1902 et écrit régulièrement dans les journaux libéraux «Les Débats», «Le Pionnier», «L’Avenir du Nord», et «Le Pays» avant de passer au «Monde ouvrier» en 1916, pour publier au total plus de 1100 chroniques. On lui doit quatre pièces de théâtre et, en 1924 , «Papineau. Son influence sur la pensée canadienne. Essai de psychologie historique». Libre penseuse, féministe, nationaliste, elle milite toute sa vie pour l’instruction gratuite et obligatoire et pour la fondation de bibliothèques. Elle est la fondatrice de la bibliothèque municipale de Montréal dont elle est la conservatrice et la bibliothécaire adjointe. Elle est la première vice-présidente de la Société des auteurs canadiens. Elle a presque toujours écrit sous un pseudonyme : Colombine, Musette, Jean Nay, Fantasio, Arthur Maheu et Julien Saint-Michel. Fille d’Exilda Descarie et de Narcisse Circé, marchand, elle épousa le Dr Pierre-Salomon Côté en 1905 (1876-1906) et eut une fille Ève.


En référence: Colombine, « Bleu, Blanc, Rouge. Poésie, paysages, causeries », Montréal, Déom Frères éditeurs, 1903. Éve Circé-Côté, « Papineau. Son influence sur la pensée canadienne. Essai de psychologie historique », Montréal, R.A. Regnault & cie, 1924, Montréal, Lux, 2002. Éva Circé-Côté, « Hindelang et De Lorimier », Drame, 1903. Éva Circé-Côté, « Le Fumeur endiablé », Comédie, 1904. Éva Circé-Côté, « Maisonneuve », Drame, 1921. Éva Circé-Côté, « L’Anglomanie », Comédie, 1922.
En complément: Girouard, Lisette, « Reconnaissances. Éva, Colombine et Julien », Arcade, XXIII (hiver 1992), p.60-65. Lévesque, Andrée, « Journaliste au masculin : Éva Circé-Côté », Les Bâtisseuses de la Cité, Montréal, ACFAS, 1993, p.87-96. Lévesque, Andrée, « Éva Circé-Côté », dir. M. Darsigny, et al., Ces femmes qui ont bâti Montréal, Montréal, éditions du Remue-ménage, 1994, p.148-149. Lévesque, Andrée, « La Citoyenneté selon Éva Circé-Côté », dans Résistance et transgression, Montréal, éditions du Remue-ménage, 1994. MacLean, Jenne, Parrots, Picnics and Psychic Phenomena: The Feminism, Nationalism and Social Reform of Eva Circé-Côté in Le monde ouvrier's, Montreal, 1900–1940, mémoire de maîtrise, Queen's University, 2000.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke