Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


René Lévesque (1922-1987) Homme politique, journaliste

Ce jeune correspondant de guerre pour l'armée américaine (1944-1945) se distingue comme journaliste au cours des années 1950, notamment par son travail à l'émission télévisée « Point de mire ». Après avoir élu député libéral en 1960, le premier ministre Jean Lesage lui confie le portefeuille des Travaux publics, ainsi que le ministère des Ressources hydrauliques, puis celui des Richesses naturelles. Il en profite pour piloter le dossier de la nationalisation des compagnies d'électricité qui est au coeur des élections de 1962. Sa vision des questions constitutionnelles, qu'il définit dans l'ouvrage « Option Québec », l'amène à quitter le Parti libéral et à fonder le Mouvement Souveraineté-Association, puis le Parti québécois (PQ), en 1968. Son expérience crédibilise le projet indépendantiste et permet au PQ de recueillir 23 % des voix lors des élections de 1970. Des défaites personnelles en 1970 et 1973 ébranlent son leadership avant que la victoire du 15 novembre 1976 ne lui permette de former le premier gouvernement du PQ. Imprégné de l'idéologie sociale-démocrate, celui-ci adopte une série de lois progressistes - zonage agricole, contrôle du financement électoral, assurance-automobile, etc. - et fait du français la langue officielle du Québec. Un an après avoir clairement rejeté le projet de souveraineté-association (mai 1980), les Québécois reportent René Lévesque et le PQ au pouvoir en avril 1981. Mais l'épisode du rapatriement de la Constitution, la crise économique ainsi que les décrets imposés aux travailleurs des secteurs public et parapublic entament la popularité gouvernement. De plus, la décision de Lévesque de donner une chance au gouvernement progressiste-conservateur de Brian Mulroney - le « beau risque » - entraîne des divisions internes qui déchirent le PQ. Il quitte la politique active en 1985. L'intérêt pour ses mémoires et les réactions à son décès, en 1987, reflètent sa place unique dans l'histoire du Québec contemporain.


En référence: L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p. 1407. Bibliothèque de la législature, Répertoire des parlementaires québécois, 1867-1978, Québec, 1980, p. 362-363. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain: le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p. 655-659.
En complément: Peter Desbarats, René Levesque : ou, Le projet inachevé, Montréal, Fides, 1977, 270 p. René Lévesque, Chroniques de René Lévesque, Montréal, Québec/Amériques, 1987, 458 p. René Lévesque, René Lévesque par lui-même : 1963-1984, Montréal, Guérin Littérature, 1988, 412 p. Pierre Godin, René Lévesque, Montréal, Boréal, 1994, 3 v. René Lévesque, Attendez que je me rappelle..., Montréal, Québec/Amérique, 1988, 525 p. http://www.oricom.ca/richardmarceau/ren%C3%A9.htm http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Rene_Levesque http://www.canadianheritage.org/reproductions/21068.htm
Compléments biographiques

Né à Campbellton (Nouveau-Brunswick), le 24 août 1922

Candidat du Parti libéral élu à l'Assemblée législative dans Montréal-Laurier (1960, 1962) et Laurier (1966)
Candidat du Parti québécois élu à l'Assemblée nationale dans Taillon (1976, 1981)
Défait dans Laurier (1970) et Dorion (1973)

Gouvernement de Jean Lesage
Ministre des Ressources hydrauliques et ministre des Travaux publics (5 juillet 1960 - 28 mars 1961)
Ministre des Richesses naturelles (28 mars 1961 - 19 janvier 1966)
Ministre de la Famille et du Bien-être social (14 octobre 1965 - 16 juin 1966)

Siège comme député indépendant (octobre 1967 - 1970)

Fondateur du Mouvement souveraineté-association (19 novembre 1967)
Président du Parti québécois (14 octobre 1968 - 20 juin 1985)

Premier ministre du Québec et président du Conseil exécutif (25 novembre 1976 - 3 octobre 1985)
Ministre des Affaires intergouvernementales par intérim (8 janvier au 17 février 1982) Ministre délégué à la Condition féminine par intérim (27 novembre 1984 - 16 janvier 1985)
Président du comité du Oui dans le cadre du référendum sur la souveraineté-association (20 mai 1980)

Décédé à Montréal, le 1er novembre 1987

Lorsqu'il devient premier ministre : 54 ans, 3 mois et 1 jour
Lorsqu'il quitte : 63 ans, 1 mois et 9 jours
Il a été premier ministre pendant : 8 ans, 10 mois et 8 jours (1976-1985)
Référence : site internet de l'Assemblée nationale du Québec http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/levesque-rene-4219/biographie.html

Dans les médias

«...Depuis 25 ans, René Lévesque a incarné la volonté de changement du Québec. Sans moyen dans les longues périodes d'échec politique, fort des ressources combinées de son parti et de l'État depuis près d'une décennie, il a mis au service de ses objectifs toutes ses ressources qui sont considérables. Cette manière unique aussi de fixer dans les mots l'impatience, la passion et les émotions qu'il lançait en toute direction, tels des messages toujours urgents. René Lévesque a rassemblé et divisé, construit et ébranlé, séduit et choqué. Mais, de chaque côté de la route qui fut la sienne, des institutions et des politiques témoignent et témoigneront longtemps de son passage. Dans un grand nombre de domaines, il a fait avancer le Québec. Il l'a conduit loin aussi du côté de la revendication politique pour découvrir que cette espèce d'affection particulière des Québécois à son endroit, ce rapport privilégié construit avec eux ne les laissait pas sans autonomie et sans jugement propre. D'une certaine manière, son opiniâtreté et sa force de résistance ont trouvé leur double dans ce peuple qui l'a suivi en bien des directions mais ne s'est pas reconnu dans son rêve politique. »

Jean-Louis Roy, « René Lévesque », Le Devoir, 22 juin 1985, p. 10.


«...Le sentiment du parti correspondait tout simplement à celui de la population, qui souhaite, à tort ou à raison (là n'est pas la question), une nouvelle sorte de leader politique, incarnant mieux la vision qu'ont maintenant les Québécois d'eux-mêmes : celle d'un peuple qui s'est affirmé, qui a confiance en lui, qui n'est plus « né pour un p'tit pain », et qui ne se reconnaît plus dans ce petit homme brouillon et querelleur, dont le côté « chien battu qui ne se tient pas pour vaincu » séduit moins qu'auparavant. Évidemment, ce formidable changement de mentalité, c'est très largement à lui, René Lévesque, qu'on le doit. C'est lui qui, par une action échelonnée sur un quart de siècle, a changé l'image que les Québécois ont d'eux-mêmes. Même les réussites du French Power, à Ottawa, peuvent lui être en partie attribuées, car sans la présence au Québec d'un puissant mouvement souverainiste, sans la « menace » que cela représentait pour le Canada anglais, le gouvernement Trudeau n'aurait jamais pu y faire pénétrer le bilinguisme, et peut-être Trudeau lui-même n'aurait-il jamais été premier ministre. Qu'aujourd'hui, avec la blessure encore fraîche de la défaite référendaire et du recul constitutionnel, Lévesque ait l'air d'un perdant et Trudeau d'un gagnant, n'a que peu de rapport avec la réalité, car il était plus facile de rapatrier la constitution que de faire un pays, et il n'y a pas de honte à avoir échoué dans un projet trop ambitieux. »

Lysiane Gagnon, « Fin de règne », La Presse, 22 juin 1985, p. A7.


«...Il est facile aujourd'hui de prétendre que M. Lévesque aurait pu partir plus tôt. À Noël par exemple, pour des raisons de santé bien évidentes à l'époque. Ou au soir du référendum perdu du 20 mai 1980. Le Québec se serait effectivement mieux porté, et le Parti québécois aurait évité sans doute bien des débats houleux. Mais il en a décidé autrement, inutile d'y revenir. Son gouvernement, dans son premier mandat, a redonné un second souffle à l'effort de modernisation du Québec. (...) Un second mandat marqué par la crise économique et la rupture de l'alliance entre le PQ et les syndicats du public, a sonné la fin de la récréation. Finie, l'expansion des services publics. Finie, l'intervention tatillonne du gouvernement dans tous les domaines. Il faut savoir gré à M. Lévesque d'avoir compris la réalité nouvelle. Libéraux des années soixante et péquistes des années soixante-dix ont réussi à doter le Québec des instruments essentiels pour assurer aux francophones une chance égale aux autres Canadiens. René Lévesque a joué un rôle moteur aux deux époques. Il a apaisé bien des conflits potentiels, servi de coussin entre la population et un parti longtemps doctrinaire. Bon gars bougon, aimé de bien des adversaires, détesté souvent de ses alliés, il loge aux rangs honorables des Honoré Mercier et des Jean Lesage. »

Raymond Giroux, « René Lévesque tire sa révérence », Le Soleil, 22 juin 1985, p. B4.


«...René Lévesque does not leave public life as a failure. He leaves as a man who incarnated an honourable cause as well as any human could, one to whom his fellow citizens and, paradoxically, the country from which he wanted to separate owe a profound debt of gratitude. His historic contribution is simply stated; He channelled a movement that could not be suppressed and that was becoming explosive into a broad and democratic road, and he kept it there even after it was defeated by the democratic process. In a generation which has seen independence struggles around the world turn to frustrated violence, or blocked by cynical manipulations, this is a monumental achievement. (...) Quebecers may never have understood this complex, ambiguous, unpredictable man. But he understood them, and for a generation he moved them and expressed their emotions as no one else could do. His flaws were obvious, from wildly intemperate rhetoric to arbitrary government. But his virtues - intelligence, tolerance, realism - were equally evident, and their effects are infinitely more lasting. »

« René Lévesque leaves », The Gazette, 22 juin 1985, p. B-2.


«...René Lévesque was a top performer who could squeeze passions - hope, anger, fear, sympathy - out of even the dreariest political issue. A natural. But for all that, Lévesque bows out of politics a bitter, sad and lonely figure who has been misread, misjudged and misunderstood. He leaves having achieved great things for this country, but they were not the things we had come to expect - or fear - from him. To most English Canadians, Lévesque will remain the twitchy little separatist scarecrow they loved to hate. The fact that René Lévesque actually saved Canadian unity - by slowly choking the separatist drive in Quebec that was so rampant in 1976 - will not matter much. Nationalists in Quebec say he sold out his ideals to retain power. They seem oblivious to the fact that Lévesque was playing for time, and has won enough of it to allow modern-day Quebec to emerge, to make itself without breaking. Lévesque was a politician of genius, but a statesman of deplorable shortcomings. He was complex, ambiguous, controversial, often contradictory. He was the perfect match for a people devoid of a country. »

Benoît Aubin, « Fresh directions for the new Quebec », MacLean's, 1er juillet 1985, p. 12.


«...si M.Lévesque fut souvent l'objet de vives contestations, et pas seulement de la part de ses détracteurs, son action réformatrice, engagée il y a une vingtaine d'années dans le cabinet du libéral Jean Lesage, a contribué à transformer profondément la réalité du Québec. (...) M. René Lévesque a réussi à insuffler aux Québécois la confiance en eux dont ils ont tant manqué dans la compétition culturelle et économique qui les oppose depuis deux siècles à leurs concitoyens anglophones. Bien sûr, l'indépendance reste un rêve. Mais l'ennemi déclaré de tout dogmatisme, M. René Lévesque ne s'est jamais fait d'illusions à ce sujet. Derrière la vigueur du verbe, il préférait, sans le dire ouvertement, l'aménagement du système fédéral à la rupture avec ce dernier. Au moment où il s'efface de la vie politique, son amertume doit être tempérée par le fait que la spécificité québécoise est désormais reconnue jusque dans la capitale fédérale canadienne. »

Bertrand de la Grange, « Fin de règne au Québec », Le Monde (France), 22 juin 1985, p. 1.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke