Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Arthur Dansereau (1844-1918) Journaliste, propriétaire de journal

Admis au barreau après des études de droit au collège McGill, il oeuvre au journal «La Minerve» où il occupe successivement les postes de traducteur, journaliste et rédacteur en chef du journal. Devenu publiciste de la Confédération canadienne et avocat du Parti libéral à la fin des années 1870, il publie de nombreux articles percutants. Au sein du Parti libéral-conservateur, il est perçu comme un stratège dont on recherche les avis. Co-propriétaire de «La Minerve» à partir de 1871, il demeure tout de même actif sur la scène politique alors qu'il joue le rôle de ministre de l'Intérieur, sans toutefois en porter le titre. Le journal ne se portant pas très bien, il décide de s'en départir après la mort de sa femme et de son beau-père. Bien que toujours conseiller du premier ministre Joseph-Adolphe Chapleau, il accepte en 1880 le poste de greffier de la couronne et de la paix. Deux ans plus tard, il démissionne car ses activités politiques sont incompatibles avec cette fonction. Il devient par la suite rédacteur en chef de «La Presse», journal qui, selon lui, semble le plus adéquat pour Chapleau. Devant la montée des Libéraux de Wilfrid Laurier, il quitte les Libéraux-conservateurs en 1891 et est nommé maître des postes à Montréal. Il reste impliqué dans le journalisme et la politique et tente de rallier «bleus» et «rouges» pour effectuer une fusion sur la scène provinciale. Laurier, devenu premier ministre en 1896, écarte cependant le projet et notre personnage remet sa démission comme maître des postes en 1899. Après avoir travaillé aux côtés de Chapleau pendant plusieurs années, il passe maintenant dans le camp libéral. En tant que nouveau directeur politique de «La Presse», il défend maintenant la politique de Laurier, une position qu'il gardera jusqu'à sa mort, en 1918.


En référence: Michèle Brassard et Jean Hamelin dans Dictionaire du Canada, volume 14, de 1911 à 1920, Québec, Presses de l'université Laval, 1998, p. 291-293.
En complément:



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke