Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Jean Gascon (1921-1988) Comédien, metteur en scène

Étudiant au Collège Sainte-Marie, il se fait remarquer en jouant dans plusieurs pièces. En 1942, il obtient un rôle dans une pièce de Ludmilla Pitoëff; «L'échange», présentée par les Compagnons de Saint-Laurent. De retour à Montréal en 1946, Pitoëff l'utilise à nouveau dans les pièces «Phèdres» et «Le pain dur». Sur ses conseils, il part en 1947 étudier au Vieux-Colombier avec le professeur Julien Bertheau. Il part en tournée avec la compagnie de Pitoëff et joue une saison au Centre dramatique de Rennes. Il joue également avec la compagnie parisienne Grenier Hussenot. De retour au pays en 1951, il fonde avec Jean-Louis Roux, Éloi Grandmont et quelques autres le Théâtre du Nouveau Monde (TNM), dont il est le directeur. La même année, il ouvre une école de théâtre au TNM. Elle sera remplacée plus tard par l'École nationale de théâtre du Canada, dont il sera le directeur de 1960 à 1963. Jusqu'en 1966, il dirige le TNM et joue des rôles importants dans «L'Avare», «Don Juan» et «Richard II». Il met également en scène «Le Tartuffe», «Venise sauvée», et d'autres pièces. Avec la compagnie du TNM, il participe à plusieurs festivals et, en 1958, fait une tournée en Europe, aux États-Unis et au Canada. En 1956, il joue «Henri V» au Festival de Stratford en Angleterre. Il met également en scène «Othello» (1959) et «The comedy of errors» (1964). De 1968 à 1974, il est le directeur artistique de ce prestigieux festival. Il le quitte en 1977 pour devenir le directeur du Centre national des arts à Ottawa. Il y met en scène pour l'opéra de Montréal des oeuvres célèbres telles que «Le barbier de Séville» (1986) et «Tosca» (1987). De retour à Stratford pour mettre en scène «My fair Lady», il meurt d'une crise cardiaque. Son implication dans le domaine du théâtre lui vaudra plusieurs honneurs tels que l'Ordre du Canada, le prix Victor-Morin, le prix de la Banque Royale, le prix Molson et le prix du Québec.


En référence: L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1041. Jean Cournoyer, La mémoire du Québec de 1534 à nos jours: répertoire de noms propres, Stanké, 2001, p.541-542.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke