Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Repères            


Félix Leclerc (1914-1988) Auteur, compositeur, interprète

Il est né à La Tuque, le 2 août 1914. Après des études classiques, il obtient différents emplois en Mauricie, dont celui d'annonceur de radio. En 1939, il devient annonceur et comédien à la radio de Radio-Canada. Il écrit beaucoup à l'époque et publie même ses recueils de poésie «Adagio», «Andante» et «Allegro» en 1943-1944. À l'occasion, ce jeune auteur participe à des productions théâtrales, comme auteur ou comédien, avec les Compagnons de Saint-Laurent puis avec la troupe théâtrale VLM qu'il fonde avec deux comédiens, Guy Mauffette et Yves Viens. Il écrit quelques pièces pour la troupe, dont «Le petit bonheur», créé en 1948. Sa rencontre avec Jacques Canetti en 1950 est déterminante pour l'avenir de sa carrière de chansonnier. Son premier album connaît un grand succès avec des chansons telles que «Le train du nord», «Bozo», «L'hymne au printemps» et «Le petit bonheur». Mais c'est «Moi mes souliers » qui lui procure le grand prix de la chanson de l'Académie Charles-Cros, en 1951. Sa tournée française et européenne le consacre grand chansonnier, au côté de Goerges Brassens ou de Jacques Brel. Son bref passage au Québec, en 1951, lui permet de constater que sa popularité a franchi les continents. Son retour définitif en 1953, lui confirme l'attachement des Québécois, alors qu'un large public s'intéresse à ses nombreuses tournées et à ses nouvelles chansons. Il continue également d'écrire pour le théâtre. Au fil des ans, l'engagement politique de ce farouche nationaliste québécois transparaît à travers son oeuvre. Il participe à plusieurs événements d'envergure dont la Superfrancofête, en 1974, avec le spectacle «Le loup, le renard et le lion» qui le réunit avec deux autres grands de la chanson québécoise: Gilles Vigneault et Robert Charlebois. Les décennies 70 et 80 sont marquées de nombreuses reconnaissances à son endroit, dont le prix Calixa-Lavallée, en 1975, pour son oeuvre musicale, le prix Denise-Pelletier, en 1977, pour son oeuvre théâtrale, le Grand prix de l'académie Charles-Cros, en 1973, pour l'ensemble de son oeuvre, le trophée Témoignage de l'Association de l'industrie du disque et du spectacle (ADISQ), en 1979, pour l'ensemble de son oeuvre, ainsi que le titre de Grand officier de l'Ordre national des Québécois. En 1985, il sera récipiendaire de l'Ordre du Canada. Retraité à l'île d'Orléans, il continue à écrire et à participer à quelques rares événements culturels. Il meurt le 8 août 1988, laissant aux Québécois un héritage gigantesque. Parmi ses chansons, soulignons « Notre sentier» (1934), «Attends-moi ti-gars»(1957), «Les 100 000 façons de tuer un homme» (1972), «Le tour de l'île»(1975) et «L'alouette en colère»(1972); sans oublier ses premiers succès «L'hymne au printemps», «Le petit bonheur» et «Moi mes souliers».

Extrait de «Moi, mes souliers» :
«Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé,
Ils m'ont porté de l'école à la guerre,
J'ai traversé sur mes souliers ferrés
Le monde et sa misère
Moi, mes souliers ont passé dans les prés,
Moi, mes souliers ont piétiné la lune,
Puis mes souliers ont couché chez les fées
Et fait danser plus d'une ...»


En référence: Roger Chamberland, André Gaulin, La Chanson québécoise, de la Bolduc à aujourd'hui, éd. Nuit blanche, 1994. Robert Thérien, Isabelle d'Amours, Dictionnaire de la musique populaire au Québec, 1955-1992, Québec, IQRC, 1992. Robert Léger, La chanson québécoise en question, Coll. «En question», Montréal, Québec/Amérique, 2003, p.40-41.
En complément: Jean-Noël Samson, Félix Leclerc, Montréal, Fides, 1967, 87 p. Andrée Leclerc, Félix Leclerc : ou Mes 25 années dans l'intimité de Félix Leclerc, Montréal Éditions de l'Homme, 1968, 157 p. Marguerite Paulin, Félix Leclerc : filou, le troubadour, Montréal, XYZ éditeur, 1998. 181 p. Marcel Brouillard, Félix Leclerc : l'homme derrière la légende, Montréal, Éditions Québec/Amérique, 1994, 361 p.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Musée McCord
Institut de la statistique du Québec

Liens externes

Observatoire des politiques publiques
Observatoire des Amériques
Politique appliquée.tv
Cahiers de recherche

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke