Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Pauline Julien (1928-1998) Auteure, interprète

Attirée par le théâtre, cette native de Trois-Rivières poursuit des études de mime, de pose de voix et de théâtre à Paris de 1952 à 1957. Pendant ces années parisiennes, elle se produit régulièrement comme chanteuse dans les petits cabarets de la rive gauche. De retour au Québec, elle s'intéresse à l'effervescence politique et participe à plusieurs événements associés à la montée du mouvement souverainiste. En 1970, lors de l'adoption de la Loi des mesures de guerre, elle et son conjoint Gérald Godin seront arrêtés sans raison. Elle écrit ses chansons en collaboration avec plusieurs auteurs et compositeurs québécois dont Gilbert Langevin, Michel Tremblay, François Cousineau ou Denise Boucher. De grands mérites saluent son oeuvre, dont le Grand prix de l'Académie Charles-Cros qu'elle reçoit en 1970 pour son album «Suite québécoise». Elle recevra cet hommage à nouveau en 1985 pour l'album «Où peut-on vous toucher ?». En 1974, elle reçoit le prix Calixa-Lavallée de la Société Saint-Jean-Baptiste pour l'ensemble de son oeuvre. En plus de sa carrière de chanteuse et de son engagement politique, elle participe à plusieurs productions cinématographiques dont «Pleure-pas Germaine» (1972), «Bulldozer» (1973) et «La mort d'un bûcheron» (1973). Le féminisme des années 70 imprègne son répertoire, particulièrement dans un cycle de trois albums intitulés «Femmes de paroles» (1978), «Mes amies d'filles» (1979) et «Fleur de peau» (1980). Sa rencontre avec l'artiste européenne Anne Sylvestre sera déterminante. En plus d'interpréter de nombreuses chansons de sa complice d'outre-mer, elle préparera une série de spectacles intitulés «Femmes de paroles» qu'elles produiront ensemble en 1987. En 1990, elle participe à un dernier spectacle de chansons et de poésie «Voix parallèles», en compagnie de la comédienne Hélène Loiselle, avant de se retirer du domaine public. Se sachant atteinte d'une maladie dégénérative, elle s'enlève la vie le 1er octobre 1998. Parmi les chansons qu'elle a popularisées, notons «La croqueuse de 222» (Michel Tremblay), «Mommy» (Marc Gélinas), «Une sorcière comme les autres» (Anne Sylvestre), «La moitié du monde est une femme» (Jacqueline Lemay), «Non, tu n'as pas de nom» (Anne Sylvestre), «L'étranger» (Pauline Julien) et «L'âme à la tendresse» (Pauline Julien).

Extrait de «L'étranger» :
«Quand j'étais petite fille
Dans une petite ville
Il y avait la famille, les amis, les voisins
Ceux qui étaient comme nous
Puis il y avait les autres
Les étrangers, l'étranger
C'était l'Italien, le Polonais
L'homme de la ville d'à côté
Les pauvres, les quêteux, les moins bien habillés»


En référence: Robert Thérien, Isabelle D'Amours, Dictionnaire de la musique populaire au Québec, 1955-1992, Québec, Institut québécois de recherch sur la culture, 1992. Robert Léger, La chanson québécoise en question, Coll. «En question», Montréal, Québec/Amérique, 2003, p.62-63. L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.1334-1335.
En complément: Louise Desjardins, Pauline Julien : la vie à mort : biographie, Montréal, Leméac, 1999, 434 p.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke