Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Stéphane Dion (1955-) Homme politique

Fils d'un politologue de renom, il fait de longues études au Québec et en Europe avant d'entreprendre une carrière dans l'enseignement. Spécialiste de l'administration publique, il collabore à plusieurs publications. Ardent défenseur du fédéralisme, il fait de nombreuses interventions dans les médias, notamment lors de la camapgne référendaire de 1995. L'année suivante, il fait son entrée à la Chambre des communes sous la bannière libérale à la suite d'une élection partielle qu'il remporte aisément. Le premier ministre Jean Chrétien le nomme président du Conseil privé de la Reine pour le Canada et en fait son ministre des Affaires gouvernementales, un portefeuille qui l'amène à croiser le fer à plusieurs reprises avec le gouvernement du Parti québécois qui règne à Québec. Cible privilégiée des nationalistes québécois, il obtient une grande victoire en mars 2000 alors que son projet de loi C-20 sur la clarté référendaire est adopté par la Chambre des communes. En 2001, on ajoute à ses fonctions la responsabilité du dossier des langues officielles. D'abord évincé du cabinet par le nouveau premier ministre Paul Martin, il se voit confier la responsabilité du ministère de l'Environnement après la victoire électorale du 28 juin 2004. En décembre 2006, Stéphane Dion déjoue tous les calculs en remportant la course au leadership du Parti libéral du Canada (PLC). Les libéraux subissent cependant une cuisante défaite aux élections générales du 14 octobre 2008, l'incitant à annoncer qu'il quitte son poste dans le mois qui suit. Il continue néanmoins de siéger à la Chambre des communes. La victoire du PLC sous Justin Trudeau, en octobre 2015, pave la voie au retour de Dion au gouvernement. Il occupe cette fois le poste de ministre des Affaires étrangères.


En référence: L'Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.733.
En complément: http://www.pco-bcp.gc.ca/aia/default.asp?Language=F&Page=minister&Sub=Biography



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke