Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'une conférence fédérale-provinciale sur la fiscalité


Conférence fédérale-provinciale sur la fiscalité

25 novembre 1957

Le premier ministre du Québec, Maurice Duplessis , profite de cette conférence fédérale-provinciale pour réclamer une nouvelle définition des pouvoirs en matière de taxation. Pour Duplessis, qui ironise en affirmant que cette rencontre n'est pas «une conférence mais une circonférence», la taxe directe et les droits de succession relèvent de la juridiction des provinces. À ses yeux «Nous ne sommes pas ici (...) pour demander des faveurs mais pour réclamer nos droits. Rien de plus, rien de moins.»

Les provinces profitent de cette conférence sur la fiscalité pour réitérer leurs demandes. L'Ontario souhaite obtenir 15 % sur le revenu des particuliers et les droits de corporation. Elle réclame également 50 % des droits de succession ainsi que des droits qui permettraient aux compagnies minières et forestières de déduire de leur l'impôt fédéral le montant des impôts provinciaux. Fidèle à ses principes, le Québec réclame pour sa part un plus grand pourcentage de l'impôt direct sur le revenu et la totalité des impôts sur les successions. Du côté du Pacifique, la Colombie-Britannique demande 25 % des impôts sur le revenu des particuliers et des corporations. Finalement, les provinces maritimes réclament des subventions pour combler la différence entre leurs revenus et ceux du reste du pays. Commentant ces propos, le premier ministre du Canada, John Diefenbaker, consent : «à hâter le début des paiements fédéraux sur l'assurance hospitalisation qui pourrait être mis en vigueur immédiatement dans une province qui possède déjà un plan provincial; à partager de moitié avec les provinces le coût d'hospitalisation des malades mentaux et des tuberculeux; à fournir aux provinces maritimes une forme d'assistance spéciale et d'augmenter l'aide fédérale aux provinces pour les secours de chômage.» Par contre Ottawa, ne propose rien de nouveau en ce qui a trait au partage fiscal.


En référence: Le Devoir, 26 noevembre 1957, p.1-2. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.357-361.
En complément: Alain-G. Gagnon et Michel Sarra Bournet, Duplessis : entre la grande noirceur et la société libérale, Montréal, Québec/Amérique, 1997, 396 pages. Bernard Saint-Aubin, Duplessis et son époque, Coll. «Jadis et naguère», Montréal, La Presse, 1979, 278 pages. Conrad Black, Duplessis : (tome 2) le pouvoir, Montréal, Éditions de l'Homme, 1977.
Crédits pour la photo: Année: 1957. © nd Auteur: Inconnu. Commanditaire: Office National du Film.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke