Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'une importante manifestation syndicale devant le Parlement de Québec

7 septembre 1957

Plus de 4 000 travailleurs de différentes régions manifestent devant le Parlement, à Québec, pour protester contre le comportement du gouvernement unioniste de Maurice Duplessis à l'égard du mouvement ouvrier.

Les centrales syndicales sont à l'origine de cette manifestation, une des plus importantes du genre jamais vue au Québec. Un cortège de plus d'un millier de voitures quitte Montréal pour venir participer à l'événement. En tout, environ 1 500 véhicules sont stationnés autour des Plaines d'Abraham, leurs passagers couvrant à pied la distance qui les sépare du Parlement. La grève de Murdochville constitue la toile de fond à ce rassemblement. De nombreuses affiches, hostiles au premier ministre Maurice Duplessis -«Duplessis s'en va», «Duplessis ennemi des ouvriers», etc.- , sont en évidence dans la foule. Plusieurs orateurs prennent la parole à cette occasion, notamment celui qui «préside» le rassemblement, le comédien Jean Duceppe, ainsi que Doris Lussier. Parmi les syndicalistes qui s'adressent à la foule, on remarque Roger Provost (Fédération des travailleurs du Québec), Jean Marchand et André Roy (Confédération des travailleurs catholiques du Canada), ainsi que Louis Laberge (Conseil des métiers et du travail de Montréal). Selon Roy, «Le but de la manifestation, c'est de démontrer que quelque chose ne va pas actuellement dans la province de Québec.» Roger Mathieu, secrétaire-trésorier de la Fédération des travailleurs du Québec, prétend pour sa part que cette marche «...n'est que le début d'un programme politique réaliste. Si nous faisons cela, c'est parce que nous aimons notre province, mais pas sous un régime dictatorial.» Le caractère politique de l'événement est en évidence dans tous les discours auxquels les policiers assistent sans intervenir. Pour Jean Marchand : «Ce ne sont pas les syndicats ouvriers qui préparent la révolution, mais ceux qui sabotent les institutions, mêlant les pouvoirs législatif, judiciaire et policiers. Les vrais fauteurs de trouble sont ceux qui prostituent la démocratie dans cette province.»


En référence: Le Devoir, 9 septembre 1957, p.1, 2 et 6.
En complément: Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, p.199-286. Alain-G. Gagnon et Michel Sarra Bournet, Duplessis : entre la grande noirceur et la société libérale, Montréal, Québec/Amérique, 1997, 396 pages. Bernard Saint-Aubin, Duplessis et son époque, Coll. «Jadis et naguère», Montréal, La Presse, 1979, 278 pages. Conrad Black, Duplessis : (tome 2) le pouvoir, Montréal, Éditions de l'Homme, 1977.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke