Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Innovation par le gardien de but Jacques Plante


Jacques Plante, le premier gardien de but à porter un masque

1 novembre 1959

Lors d'une partie entre le Canadien de Montréal et les Rangers de New York, Jacques Plante innove en devenant le premier gardien de but professionnel à porter le masque sur une base régulière.

Depuis les débuts de la Ligue nationale de hockey (LNH), en 1917, quelques gardiens de but ont considéré la possibilité de porter un masque protecteur. À la fin des années 50, aucun n'utilise toutefois cette pièce d'équipement. C'est le soir du 1er novembre 1959 que Jacques Plante innove dans ce domaine. Gardien régulier du Canadien de Montréal, Plante est atteint d'un dur lancer du revers d'Andy Bathgate des Rangers de New York. En plus de rendre Plante inconscient pendant quelques instants, le tir cause une coupure de trois pouces qui nécessite sept points de suture. Ils s'ajoutent aux 200 que le portier du Canadien aurait accumulés depuis ses débuts. Après plusieurs minutes d'attente -il n'y a pas de gardiens réservistes à cette époque- , Plante fait son retour sur la glace du Madison Square Garden. Cette fois, il porte un masque. C'est un projet qu'il mijote depuis longtemps, mais qu'il n'avait pu mettre à exécution à cause des réticences de son entraîneur, Hector «Toe» Blake. Blake, comme plusieurs autres experts, croit en effet que le port du masque nuira à la vision de son gardien, qu'il risque de réduire son efficacité. Après les dégâts causés par le lancer de Bathgate, l'entraîneur du Canadien laisse toutefois le champ libre à Plante qui dissipe ses craintes en jouant avec son brio habituel. Au cours des onze rencontres suivantes, le Tricolore reste invaincu. Pendant cette séquence, la défensive n'accorde que 13 buts, ce qui tend à démontrer que le port du masque n'affecte pas les performances de Plante. En 1962, celui-ci remportera même le trophée Hart, remis au joueur le plus utile, un exploit rare pour un gardien de but. Au fil des ans, de plus en plus de gardiens de but porteront le masque. Le dernier à s'aventurer devant le filet sans cette pièce d'équipement sera Andy Brown, le 31 mars 1973. Jacques Plante continuera pour sa part d'innover dans le domaine. À son usine de Magog, dans les Cantons de l'Est, il supervisera la fabrication de nouveaux modèles de masques plus légers et plus sécuritaires. Il sera à même d'apprécier la valeur de ses inventions puisque sa carrière se prolongera jusqu'en 1974-75, année où il quittera définitivement les rangs professionnels.


En référence: Raymond Plante, Jacques Plante: derrière le masque, Coll. «Les grandes figures», Montréal, XYZ, 1996, 221 p.
En complément: Andy O'Brien, Les Canadiens, Montréal, McGraw-Hill, 1972, 188 p. Andy O'Brien, The Jacques Plante Story, New Yok, McGraw-Hill Ryerson, 1972, 162 p. Dan Diamond, Total Hockey: The Official Encyclopedia of the National Hockey League, New York, Total Sports, 1998, 1 878 p.
Crédits pour la photo: Année: 1959. © Archives nationales du Canada Auteur: Inconnu. Référence: Site internet Nelson Canadian Discovery Disk Rubrique : «Time period or category»..



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke