Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Décès du premier ministre du Québec, Maurice Duplessis


Funérailles du premier ministre du Québec, Maurice Duplessis

7 septembre 1959

La mort du premier ministre du Québec, Maurice Duplessis , prend par suprise la classe politique québécoise. Seul chef de l'histoire de l'Union nationale, Duplessis a mené les destinées du Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959. Son décès ouvre la porte à la succession de Paul Sauvé qui restera en poste jusqu'à sa mort, le 2 janvier 1960.

Le premier ministre Duplessis s'était rendu à Schefferville à la suite d'une invitation de la compagnie Québec Iron. Atteint d'une paralysie cérébrale le 3 septembre, il reste entre la vie et la mort pendant quelques jours avant de succomber le 7 septembre. Il avait 69 ans. Personnage controversé, Maurice Duplessis avait aussi de fidèles admirateurs. Le témoignage d'un d'entre eux, le docteur Charles Laflamme, nous donne un aperçu de la personnalité du premier chef de l'Union nationale : «C'était un être attachant. Tous ceux qui l'ont connu l'ont aimé. Il avait énormément d'humour, il était d'une grande simplicité, il n'essayait pas de se faire une image: quand il disait qu'il aimait l'Église, c'était vrai, quand il disait qu'il aimait l'agriculture, c'était vrai. Chaque fois qu'une organisation faisait appel à sa générosité ou à celle du gouvernement, pour aider les enfants, c'était toujours oui. C'était un homme qui avait beaucoup d'amitié et de considération pour les gens qui travaillaient, qui connaissaient leur affaire, mais il avait du mépris pour les arrivistes, pour tous ceux qui tentaient d'arriver par des moyens détournés, et pour les adversaires politiques acharnés.(...) il avait un style politique extrêmement agressif. En Chambre, il n'était jamais insultant, mais il était terriblement dur. Il avait du charisme mais, quand il voulait faire de la mesquinerie, c'était terrible. Il savait être grand, mais il savait aussi être bas dans ses procédés. Il a eu parfois des gestes qui l'ont rendu odieux. C'était un homme qui a été contesté...» Des funérailles nationales seront organisées pour saluer le départ de celui qui a été premier ministre du Québec pendant plus de 18 ans.


En référence: L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.783-784. Danielle Dion-McKenna et Pierre Lalongé, Notre histoire, Montréal, Éd. du renouveau pédagogique, 1984, p.265.
En complément: Alain-G. Gagnon et Michel Sarra Bournet, Duplessis : entre la grande noirceur et la société libérale, Montréal, Québec/Amérique, 1997, 396 pages. Conrad Black, Duplessis : (tome 2) le pouvoir, Montréal, Éditions de l'Homme, 1977. Pierre Godin, Daniel Johnson : la passion du pouvoir, 1946-1964, Montréal, Éditions de l'Homme, 1980. Bernard Saint-Aubin, Duplessis et son époque, Montréal, La Presse, 1979, 278 pages. Herbert F. Quinn, The Union Nationale: Québec Nationalism From Duplessis to Lévesque, Toronto, University of Toronto Press, 1979, 342 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1959. © nd Auteur: Inconnu. Référence: Montreal Star - Canada Wide.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke