Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Changement de nom de la Confédération des travailleurs catholiques du Canada


Le symbole de la Confédération des syndicats nationaux

29 septembre 1960

Au cours de son 39e congrès, la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC) adopte un nouveau nom : la Confédération des syndicats nationaux (CSN). Ce changement de nom s'inscrit dans le processus de «déconfessionalisation» de la centrale.

À partir de 1945, la CTCC perd graduellement son caractère confessionnel. À l'origine, quatre caractéristiques en faisaient une centrale catholique : l'usage du mot «catholique» dans son appellation, la présence d'un aumônier, l'adhésion à la doctrine sociale de l'Église et l'obligation d'être catholique pour obtenir les droits accordés à un membre actif. À cause des problèmes de recrutement que cela occasionne, la CTCC accorde au lendemain de la guerre le statut d'égalité entre catholiques et non-catholiques. Auparavant, les non-catholiques pouvaient faire partie de la CTCC mais n'avaient ni le droit de vote, ni la possibilité d'occuper un poste de direction. En 1960, le 39e congrès est appelé à se prononcer sur un nouveau nom qui refléterait les orientations de la centrale. Parmi les huit retenus, deux attirent l'attention : Confédération des syndicats nationaux et Confédération des syndicats chrétiens. Sur les 450 délégués présents, 72 % optent pour Confédération des syndicats nationaux qui devient le nom de la centrale. Ce choix, et le retrait de la constitution de la CSN de «références explicites à la doctrine sociale de l'Église», marque un des virages les plus importants de l'histoire du syndicalisme québécois.


En référence: La Presse, 29 septembre 1960, p.1 et 6, 30 septembre 1960, p.1 et 6. Jacques Rouillard, Histoire de la CSN 1921-1981, Montréal, Boréal Express / CSN, 1981, p.177-179. Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, p.215-226.
En complément: Jean Sexton, La C.T.C.C. - C.S.N : du corporatisme à la réforme de l'entreprise, s.l., s.n., 1969, 178 p. Louis-Marie Tremblay, Le syndicalisme québécois : ideologies de la C.S.N. et de la F.T.Q., 1940-1970, Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1972, 286 p. Yves Bélanger et al., La CSN : 75 ans d'action syndicale et sociale, Ste-Foy, Presses de l'Université du Québec, 1998, 339 p.Simon Lapointe, L'influence de la gauche catholique française sur l'idéologie de la CTCC-CSN de 1948 à 1964 : syndicalisme, Montréal, S.Lapointe, 1996, 115 p.
Crédits pour la photo: Année: 1961. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives CSN. Référence: Archives CSN.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke