Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue du congrès de fondation du Nouveau Parti démocratique


Le leader du Nouveau Parti démocratique, Tommy Douglas

3 août 1961

Lors d'un congrès qui se déroule à Ottawa, des membres du Co-operative Commonwealth Fédération (CCF) et des représentants du monde syndical fondent une nouvelle formation politique sociale-démocrate qui oeuvrera sur la scène fédérale : le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Lors de son discours d'ouverture, le président de l'assemblée, Stanley Knowles, parle d'une «nouvelle ère» pour décrire la contexte dans lequel apparaît ce nouveau parti. De nombreuses résolutions sont étudiées au cours de ces quatre journées, en plus de la constitution du nouveau parti qui est adoptée le 1er août 1961. Celle-ci fait l'objet d'une contestation de la part de Michel Chartrand, leader de l'aile québécoise du parti, qui voudrait que l'on reconnaisse de façon particulière la nation canadienne-française en retirant le mot «national» de la constitution et en le remplaçant par le mot «fédéral». Cette demande sera acceptée par les délégués le 3 août. Une résolution précise cependant que le nouveau parti : «...proclame formellement sa foi dans un régime fédéral, le seul qui puisse assurer l'épanouissement conjoint des deux nations qui se sont primitivement associées en vue de former la société canadienne ainsi que l'épanouissement des autres groupes ethniques qui se sont plus tard établis au Canada.» Le même jour, le nom Nouveau Parti démocratique est également adopté par la nouvelle formation, évitant toute référence directe au mot «socialisme». Enfin, la course au leadership entre Tommy Douglas, le premier ministre de la Saskatchewan, et Hazen Argue, chef national du défunt CCF, tourne à l'avantage de Douglas qui obtient 1 391 votes contre 380 pour son rival. Michael Oliver, un professeur de l'Université McGill, est pour sa part élu à la présidence du parti alors que le syndicaliste Gérard Picard oeuvrera comme président-adjoint.


En référence: Le Devoir, 1er août 1961, p.1-2, 10, 2 août 1961, p.1 et 10, 3 août 1961, p.1-2, 4 août 1961, p.1-2, 10. L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.747-748 et 1721. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert et François Ricard, Histoire du Québec contemporain: le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.661.
En complément: André Lamoureux, Le NPD et le Québec : 1958-1985, Montréal, Éditions du Parc, 1985, 230 pages. Desmond Morton, The New Democrats, 1961-1986 : the Politics of Change, Toronto, Copp Clark Pitman, 1986, 253 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1961. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives publiques du Canada. Référence: Archives publiques du Canada.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke