Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Annonce des exigences fiscales du gouvernement québécois

14 mars 1962

Le premier ministre du Québec, Jean Lesage , réclame au gouvernement fédéral tout le produit de l'impôt sur les successions.

Selon lui, le Québec doit percevoir directement les droits de succession et non les partager avec Ottawa, puisque cela à des effets désastreux sur l'économie du Québec qui a perdu certaines fimes parties s'établir à l'étranger. Aux yeux deu premier ministre : «des mesures doivent être prises de manière à ce que ces droits ne deviennent plus une ruine de certaines industries ou de certaines affaires. Ces droits constituent l'un des pires ennemis de l'économie québécoise.»


En référence: Le Devoir, 15 mars 1962, p.10.
En complément: Dale C. Thomson, Jean Lesage et la Révolution tranquille, Saint-Laurent, Trécarré, 1984, 615 pages. Robert Comeau (sous la direction de), Jean Lesage et l'éveil d'une nation : les débuts de la révolution tranquille, Coll. «Les leaders politiques du Québec contemporain», Sillery, Presses de l'Université du Québec, 1989, 367 pages.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke