Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Nomination du premier conseil d'administration de la Société générale de financement

12 septembre 1962

À l'issue d'une séance de son cabinet, le premier ministre libéral Jean Lesage annonce la nomination du premier conseil d'administration de la Société générale de financement (SGF).

Les douze directeurs temporaires auront à mettre en marche cette institution qui a pour but d'aider à l'émancipation économique des entreprises québécoises. Selon «Le Manifeste du Parti libéral du Québec», paru en 1962, la SGF permettra en effet au Québec d'utiliser «ses propres capitaux pour mettre en valeur ses propres richesses et pour édifier chez nous un vaste réseau d'industries de transformation.» René Paré, président de la Société des Artisans (coopérative d'assurance), écrivait dans une lettre adressé au premier Jean Lesage en juillet 1962 : «Si nous voulons que le groupe (canadien-français) ait sa civilisation et sa culture propres, il est extrêmement important qu'il se donne ses propres sociétés économiques, conduites par les siens et menées à la française. La SGF n'a pas d'autre raison d'être.» La SGF a été créée grâce à une loi adoptée par l'Assemblée législative, le 6 juillet 1962. À l'origine, elle est financée par le gouvernement 5 millions de dollars), les Caisses populaires Desjardins (5 millions de dollras) et les entreprises privées (6,1 millions de dollars). Son premier président est René Paré.


En référence: Pierre Duchesne, Jacques Parizeau, biographie, 1930-1970, tome 1, Le Croisé, Montréal, Québec Amérique, 2001, pages 245-259. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain: le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.429-438.
En complément: Dale C. Thomson, Jean Lesage et la Révolution tranquille, Saint-Laurent, Trécarré, 1984, 615 pages. Robert Comeau (sous la direction de), Jean Lesage et l'éveil d'une nation : les débuts de la révolution tranquille, Coll. «Les leaders politiques du Québec contemporain», Sillery, Presses de l'Université du Québec, 1989, 367 pages.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke