Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Fondation du journal «Le Devoir»


Bureaux du journal «Le Devoir» à Montréal

10 janvier 1910

À Montréal, Henri Bourassa fonde le journal «Le Devoir». À ses débuts, ce quotidien nationaliste, d'inspiration catholique, manifeste une forte opposition à l'impérialisme britannique et au gouvernement libéral de Wilfrid Laurier . Le tirage du «Devoir» à sa première année d'existence est de 12 529 copies.

En août 1909, Henri Bourassa réunit autour de lui 172 personnes qui acceptent d'injecter la somme de 100 000 $ afin de créer un nouveau journal. Après 18 mois d'efforts, Henri Bourassa , petit-fils de Louis-Joseph Papineau, fonde le quotidien «Le Devoir». Bourassa est secondé par les journalistes Jules Fournier , Olivar Asselin , Omer Héroux et Georges Pelletier. Dès ses premières parutions, «Le Devoir» exprime un caractère nationaliste et catholique ainsi qu'une opposition à l'impérialisme britannique. Bourassa veut que son journal se distingue des autres et devienne un organe d'information où doit primer la rédaction et la chronique. Outre son anti-impérialisme virulent, Bourassa se fera le champion d'un nationalisme canadien. Il souhaite que les Canadiens français résistent à l'assimilation et obtiennent des droits égaux dans tout le pays. Dans le premier numéro du «Devoir», Bourassa présente ses objectifs de la façon suivante: «Le Devoir appuiera les honnêtes gens et dénoncera les coquins. Dans la politique provinciale, nous combattons le gouvernement actuel [celui de Lomer Gouin ], parce que nous y trouvons toutes les tendances mauvaises que nous voulons faire disparaître de la vie publique: la vénalité, l'insouciance, la lâcheté, l'esprit de parti avilissant et étroit. Nous appuyons l'opposition parce que nous y trouvons les tendances contraires: la probité, le courage, des principes fermes, une grande largeur de vues. Ces principes sont admirablement réunis dans la personnalité de son leader, M.Tellier [chef conservateur loyaliste mais anti-impérialiste]. Le jour où ce groupe ne suivrait plus les inspirations qui le guident aujourd'hui, il nous trouverait sur sa route pour le combattre, comme nous combattons les hommes au pouvoir. À Ottawa, la situation est moins claire. Les deux partis s'enlisent dans le marasme où gisait la politique provinciale il y a quelques années. Le souci de la conquête ou de la conservation du pouvoir semble être leur seul mobile. Depuis dix ans, des questions vitales se sont imposées à l'étude de nos parlementaires fédéraux: la guerre d'Afrique et l'impérialisme, la constitution de nouvelles provinces et le droit des minorités, la construction du Grand-Tronc-Pacifique et le régime des chemins de fer, l'immigration étrangère et le peuplement du territoire national. Par une sorte de conspiration, les deux groupes parlementaires se sont entendus pour donner à chacun de ces problèmes une solution où le droit, la justice, l'intérêt national ont été sacrifiés à l'opportunisme, aux intrigues de partis, ou, pis encore, à la cupidité des intérêts individuels. (...) Pour assurer le triomphe des idées sur les appétits, du bien public sur l'esprit de parti, il n'y a qu'un moyen: réveiller dans le peuple, et surtout dans les classes dirigeantes, le sentiment du devoir public sous toutes ses formes: devoir religieux, devoir national, devoir civique. De là le titre de ce journal, qui a étonné certaines personnes et fait sourire certains confrères.»


En référence: Denis Monière. Le développement des idéologies au Québec des origines à nos jours, Montréal, Québec/Amérique, 1977, p.241. Jean Hamelin, La presse québécoise des origines à nos jours, tome IV : 1896-1910, Québec, Presses de l'Université Laval, 1979, p.328-334. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Sir Lomer Gouin, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.116-120.
En complément: Robert Lahaise et al.,, Le Devoir : reflet du Québec au 20e siècle, Québec, Hurtubise HMH, 1994, 504 p. Robert Comeau et al., Le Devoir : un journal indépendant (1910-1995), Québec, Presses de l'Université du Québec, 1996, 368 p.
Crédits pour la photo: Année: 1910. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives photographies Notman. Référence: Musée McCord d'histoire canadienne.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke