Début des actions terroristes au Québec

 


Le FLQ fait exploser une bombe à Westmount.Année: 1963. © nd Auteur: Inconnu. Commanditaire: Archives nationales du Canada. Référence: Archives nationales du Canada (PA-157323).

[23 février 1963]

Une bombe est déposée à une station de radio anglophone par le Front de Libération du Québec (FLQ). Ce mouvement terroriste, qui prône l'indépendance du Québec, utilise la violence afin de sensibiliser la population à sa cause.

La naissance du FLQ bouleverse la scène politique québécoise. Considérant les groupes et partis traditionnels trop timorés, ses membres prônent l'utilisation de moyens radicaux pour réaliser l'indépendance du Québec. En 1962, un groupe nommé le Réseau de Résistance pour la libération nationale du Québec avait tenté de sensibiliser l'opinion publique en vandalisant des symboles britanniques ou du gouvernement fédéral. En 1963, des éléments plus radicaux quittent le groupe pour former le Front de libération du Québec. Le 7 mars, trois manèges militaires sont attaqués au cocktail molotov. Le lendemain, paraît le premier manifeste du FLQ intitulé : «Révolution par le peuple, pour le peuple». C'est le début d'une période extrêmement agitée qui atteindra son paroxysme sept ans plus tard, avec la Crise d'octobre 1970.


En référence: Louis Fournier, F.L.Q : histoire d'un mouvement clandestin, Montréal, Québec/Amérique, 1982, 509 p. Denis Monière, Le développement des idéologies au Québec des origines à nos jours, Montréal, Québec/Amérique, 1977, p.283-286.
En complément: Marc Laurendeau, Les Québécois violents, Montréal, Boréal, 1990, 351 p. Bernard Smith, Les résistants du FLQ, Montréal, Éditions Actualité, 1963, 62 p. FLQ : un projet révolutionnaire : lettres et écrits felquistes (1963-1982), Outremont, VLB, 1990, 275 p. Gabriel Hudon, Ce n'était qu'un début : ou, La petite histoire des premiers pas du FLQ, Montréal, Parti pris, 1977, 176 p.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde