Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Déclenchement d'une grève par les employés du chemin de fer Grand Tronc


Les bureaux de la compagnie ferroviaire Grand Trunk sur la rue McGill à Montréal

18 juillet 1910

Ce conflit de travail affecte les conducteurs, les serre-freins et les hommes de manutention. La paralysie du chemin de fer du Grand Tronc, un des deux plus importants au Canada, survient après l'échec de la conciliation. L'arrêt des 3 500 cheminots réduit au silence près de 6 000 kilomètres de réseau ferroviaire.

Les ouvriers des chemins de fer américains se sont battus pendant des années pour obtenir ce que les employés du Grand-Tronc demandent maintenant. Ils réclament que la compagnie leur verse des salaires égaux à ceux versés à l'Est de Chicago. Cela signifie une augmentation de 18 %. Devant le front commun ouvrier, même le Canadien Pacifique avait cédé aux demandes syndicales. Par contre, le réseau du Grand Tronc, dirigé d'une main de fer par un patronat en grande partie britannique, a refusé d'accepter les nouvelles normes de travail dans le transport ferroviaire. Après l'intervention du ministre du Travail, William Lyon Mackenzie King , qui a eu recours à la conciliation et à l'arbitrage (loi Lemieux), la compagnie du Grand Tronc et la Fédération américaine du travail (FAT) se préparent à la grève. Le 18 juillet 1910, l'ordre d'arrêter le travail est lancé par la FAT. Environ 3 350 cheminots abandonnent alors l'ouvrage, paralysant le réseau du Grand Tronc. Le lendemain, les ouvriers d'atelier déposeront leurs outils à leur tour, augmentant ainsi le nombre de grévistes à 8 500. Pris de court, les dirigeants déclarent le lock-out. Pour économiser des fonds dans cette lutte contre les grèvistes, la compagnie ferme ses usines de Montréal, Toronto, London, Stratford, Port Huron, Battle Creek, Portland et Chicago. Cette manoeuvre pousse au chômage près de 2 500 ouvriers à Montréal, 500 à Toronto et 1 000 à Portland. Pour justifier son action, Charles Hays, le président du Grand Tronc, déclare : «Je tiens à ce que le public ne soit pas sous une fausse impression au sujet de l'attitude prise par la compagnie dans cette affaire. Les conducteurs et les employés de convois nous faisaient des demandes exorbitantes à notre avis et que nous ne pouvions pas satisfaire pour le moment. Nous nous sommes entretenus avec eux pour référer le litige à un tribunal d'enquête organisé suivant la loi.» Montréal est littéralement en «en état de siège», ne recevant plus les denrées nécessaires à son fonctionnement quotidien. Cette situation perturbe la population. Considérant leurs responsabilités envers leurs concitoyens, les grévistes envisagent un nouvel arbitrage. Il est immédiatement rejeté par Hays. Pendant ce temps, des usines et des commerces ferment partout au Canada, faute d'approvisionnement. Les représentants syndicaux et le gouvernement fédéral entreprennent des discussions avec Hays qui ne plie pas, et ce malgré les nombreuses lettres qui l'implorent d'en arriver à une entente. Finalement, deux semaines après le début de la grève, quelques heures avant que les employés touchent leurs premières indemnisations, la FAT signe une entente avec les dirigeants du Granc Tronc. Les employés sont d'abord méfiants, se sentant trahis par leurs représentants américains. Mais ils acceptent tout de même de reprendre leur poste puisque l'entente leur permet d'obtenir l'équivalent de leurs confrères américains.


En référence: Le Devoir, 18 juillet 1910, p.1, 19 juillet 1910, p.4.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Mgr Bruchési, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.91-99. Henry Almon Lovett, Canada and the Grand Trunk, 1829-1924, New York, Arno Press, 1981, 241 p. A. W. Currie, The Grand Trunk Railway of Canada , Toronto, University of Toronto Press, 1957, 556 p. Bernard Saint-Aubin, King et son époque, Coll. «Jadis et naguère», Montréal, La Presse, 1982, 409 p. Centrale de l'enseignement du Québec-Confédération des syndicats nationaux, Histoire du mouvement ouvrier au Québec (1825-1976): 150 ans de luttes, Montréal, CEQ-CSN, 1979, p.94.
Crédits pour la photo: Année: 1906. © Musée McCord Auteur: Wm. Notman & Son. Référence: VIEW-4194 Site Internet du Musée McCord. Le musée fait une mise à jour régulière de ses données. Pour en savoir plus sur le document, visitez le site du Musée McCord..



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke