Entrée en vigueur de la Loi 60 créant un ministère et un Conseil supérieur de l'Education

 


Paul Gérin-Lajoie, homme politique et président de la Fondation Gérin-Lajoie pour la coopération internationale.Année: 1987. © Gouvernement du Québec Auteur: inconnu. Commanditaire: Gouvernement du Québec. Référence: L'Ordre national du Québec.

[13 mai 1964]

Le gouvernement libéral dirigé par Jean Lesage a présenté le projet de loi 60 en première lecture le 26 juin 1963. Il est sanctionné le 19 mars 1964. À cette occasion, Paul Gérin-Lajoie , le ministre de la Jeunesse, est assermenté comme ministre de l'Education.

La création de ce ministère, un an après le dépôt du premier tome du rapport de la Commission Parent sur l'éducation, signifie la fin du Département de l'Instruction publique (DIP) et l'abolition du poste de surintendant que détenait O.-J. Désaulnier. La Loi 60 prévoit également la création d'un organe consultatif : le Conseil supérieur de l'Éducation. Dans la foulée de ces réformes, le ministre Gérin-Lajoie lancera «l'opération 55» en septembre 1964. Elle consiste en un regroupement qui mènera à la création de 55 commissions scolaires catholiques et neuf protestantes. Pour Paul Gérin-Lajoie : « Le ministère de l'Éducation sera l'instrument de base de ce que j'appelle la nouvelle vocation de progrès et de création.»


En référence: Le Devoir, 14 mai 1964, p.1. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.598-610. Susan Mann Trofimenkoff, Vision nationales : une histoire du Québec, Saint-Laurent, Trécarré, 1986, p.400-422.
En complément: Ministère de la Jeunesse, Bill 60 : communiqués et notes explicatives sur la loi instituant le ministère de l'éducation et le Conseil supérieur de l'éducation, Québec, s.n., 1964, 72 p. Louis-Philippe Audet, Histoire de l'enseignement au Québec, Montréal, Holt, Rinehart et Winston, 1971, 2 vol. Paul Gérin-Lajoie, Combats d'un révolutionnaire tranquille : propos et confidences, Montréal, Centre éducatif et culturel, 1989, 378 pages. Dale C. Thomson, Jean Lesage et la Révolution tranquille, Saint-Laurent, Trécarré, 1984, 615 pages. Robert Comeau (sous la direction de), Jean Lesage et l'éveil d'une nation : les débuts de la révolution tranquille, Coll. «Les leaders politiques du Québec contemporain», Sillery, Presses de l'Université du Québec, 1989, 367 pages.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde.