Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Inauguration des assises nationales des États généraux du Canada français

23 novembre 1967

Les États généraux du Canada français inaugurent leurs assises nationales à la Place des Arts, à Montréal. Le défi que les délégués tenteront de relever : concevoir en quatre jours le Québec de l'an 2000.

En tout, 1 075 délégués du Québec, 167 de réseaux associatifs et 364 francophones de l'extérieur du Québec prennent part à ces États généraux. Tant sur le plan social, que culturel, politique ou économique, les résolutions adoptées permettent de confirmer la nouvelle orientation prise par les Canadiens français qui s'identifient davantage au territoire québécois qu'au concept de Canada français, ce qui cause certaines tensions avec les francophones des autres provinces. Un fort courant autonomiste se manifeste, les délégués appuyant l'idée que le Québec assume les pleins pouvoirs dans des domaines comme l'éducation, le travail, l'immigration, les communications et les interventions sociales. Une sympathie se dégage aussi à l'égard du projet souverainiste, comme en témoigne les chaleureux applaudissements qu'accordent les délégués au chef du Mouvement souveraineté-association, René Lévesque, venu leur adresser la parole. Survenant quelques semaines avant la fin d'une année particulièrement mouvementée (actions terroristes, Confédération, Exposition universelle, visite du général De Gaulle, fondation du Mouvement souveraineté-association), les États généraux constituent une référence importante dans l'évolution du mouvement nationaliste québécois. Le professeur Jacques-Yvan Morin, qui assure la présidence de l'événement, dit à ce sujet : «Ce qui va se passer ici peut avoir une signification universelle dans la mesure où ce ne sont pas seulement des intérêts matériels qui sont en cause, mais une civilisation et un système de valeurs, le fait français.»


En référence: Le Devoir, 24 novembre 1967, p.1, 9 et 11, 25 novembre 1967, p.1, et 27 novembre 1967, p.1, 4 et 11.
En complément: États généraux du Canada français, Exposés de base et documents de travail, 1967, Montréal, Action nationale,1967, 277 p.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke