Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection de Pierre Elliott Trudeau au poste de chef du Parti libéral du Canada


La trudeaumanie: portrait de Pierre Elliot Trudeau à l'occasion d'un bain de foule, alors que sa popularité est au plus haut

6 avril 1968

Le ministre fédéral de la Justice, Pierre Elliott Trudeau, remporte la course au leadership du Parti libéral du Canada qui se déroule à Ottawa. Cette victoire lui permet de succéder à Lester B. Pearson qui est à la tête des Libéraux depuis 1958.

Ce congrès donne lieu à une lutte entre neuf candidats. Les principales têtes d'affiche sont Trudeau, le ministre du Commerce, Robert Winters, le ministre des Transports, Paul Hellyer, et le jeune ministre de la Consommation et des Affaires commerciales, John Turner. Au terme du premier tour, Trudeau détient une avance de près de 500 votes sur son plus proche rival, Robert Winters. Le départ forcé et le retrait de certains candidats est à l'origine d'un jeu de négociations et d'alliances qui marque le deuxième et le troisième tour. Trudeau, Winters et Turner se retrouvent finalement seuls pour le quatrième et dernier tour. Celui-ci se solde à l'avantage de Trudeau qui obtient 1 203 votes, contre 954 et 195 respectivement pour Winters et Turner. Lors d'une conférence de presse, le 7 juin, le nouveau chef, et futur premier ministre, aborde différents thèmes comme l'aliénation des régions, les relations internationales et celles entre le gouvernement central et les provinces. Défenseur d'une «société libre, juste et unie», Trudeau confie aux journalistes : «Je suis avant tout préoccupé par le souci d'apporter des solutions nouvelles à des problèmes nouveaux. Je suis essentiellement pragmatique.» L'accession de Trudeau à la tête du gouvernement, le 20 avril, créera un engouement autour de sa personne (la trudeaumanie) qui va se manifester avec éclat lors de la campagne électorale qui précédera la victoire libérale du 25 juin.


En référence: Le Devoir, 6 avril 1968, p.1 et 7, 8 avril 1968, p.1, 4, 6, 8 et 9. L'Encyclopédie du Canada: édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.2534-2535. John C. Courtney, The Selection of National Party Leaders in Canada, Toronto, Macmillan of Canada, 1973, 278 pages.
En complément: Pierre Trudeau, Mémoires politiques, Montréal, Éditions Le jour, 1993, 338 p. Stephen Clarkson, Trudeau, Montréal, Boréal, 1990-1995, 2 v. Michel Vastel, Trudeau le Québécois, Montréal, Editions de l'Homme, 1989, 320 p. Richard Gwyn, Le prince, Montréal, France-Amérique, 1981, 481 p. Christina MCall-Newman, Les rouges : un portrait intime du parti libéral, Montréal, Éditions de l'homme, 1983, 528 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1968. © Site Internet CanPix Gallery. «Great Canadian Image Base». Auteur: Duncan Cameron.. Commanditaire: Time. Référence: Archives nationales du Canada, NAC/ANC C-27281.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke