Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Discours anti-impérialiste d'Henri Bourassa


Régiment canadien traversant une rivière en Afrique du Sud durant la guerre des Boers

12 mars 1901

Le député libéral de la circonscription de Labelle, Henri Bourassa , prononce un vibrant discours à la Chambre des communes. Opposé à l'impérialisme, il avait déposé, quelques jours plus tôt, une motion dénonçant l'implication du Canada dans la guerre des Boers, en Afrique du Sud.

Voici un extrait du discours d'Henri Bourassa à la Chambre des communes: «Nous, Canadiens, avons payé l'impôt, les uns volontiers, les autres forcément, pour couvrir les frais de cette expédition [la guerre des Boers]. Nous avons donc le droit de nous prononcer sur le résultat et le règlement du conflit auquel on nous a rendus partie, et nous ne devons pas permettre au gouvernement britannique de présumer de notre opinion et d'en décider arbitrairement sans même la pressentir. [...] Je crois que c'est notre droit et notre devoir, à nous députés d'un peuple britannique autonome, d'exprimer une opinion et d'offrir des suggestions sur tout ce qui peut atteindre les parties vitales de la puissance britannique pourvu que cette intervention n'affaiblisse en rien notre liberté d'action et notre autonomie absolue[...] Je ferai observer aux députés de cette Chambre que si le Canada ne veut pas être considéré par le gouvernement britannique comme un simple champ d'exploitation profitable, il est grand temps que nous sachions nous faire respecter non seulement sur les champs de bataille, mais aussi dans les conseils de Sa Majesté. Le moment est venu où nous devons dire à M.Chamberlain [ministre des Colonies] qu'ayant eu à loisir et sans réserve le sang de notre sang et la chair de notre chair, les larmes des mères canadiennes et la sueur des paysans et des ouvriers canadiens, pour s'enrichir, lui et son frère et toute sa tribu, dans le commerce d'armes et de munitions- il devrait au moins respecter la voix du peuple canadien...» Ce discours fait suite au dépôt d'une motion audacieuse de Bourassa par laquelle celui-ci souhaitait que la Chambre des communes affirme : «qu'il n'est pas nécessaire d'envoyer de nouvelles troupes canadiennes dans l'Afrique australe et que l'enrôlement de recrues pour le corps de gendarmerie sud-africaine ne devrait pas être permis au Canada.» Cette motion, battue lors du vote des députés, attira à Bourassa l'ire de la presse canadienne-anglaise et les blâmes d'une partie de la presse francophone. En revanche, certaines réactions dénotent la présence au Québec d'un groupe favorable à la souveraineté du Canada face à l'Empire britannique, particulièrement chez les jeunes Canadiens français.


En référence: Robert Rumilly, Henri Bourassa : la vie publique d'un grand Canadien, Montréal, Chantecler, 1953, p.94-114.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Israël Tarte, Montréal, Éd. Bernard Valiquette, 1944, p.12-16.
Crédits pour la photo: Année: 1900. © nd Auteur: R. Thiele . Commanditaire: Archives nationales du Canada . Référence: Archives nationales du Canada (C-14923).



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke