Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Démission de Mgr Joseph Charbonneau comme archevêque de Montréal


Mgr Charbonneau et Maurice Duplessis lors d'une cérémonie officielle: les relations qui semblent cordiales entre les deux hommes devaient par la suite se détériorer

10 février 1950

Après une rencontre avec le nonce apostolique, Mgr Antoniutti, l'archevêque de Montréal, Mgr Joseph Charbonneau , demande au pape Pie XII de le relever de ses fonctions. Charbonneau invoque des raisons de santé pour justifier sa décision.

Selon une autre version, Mgr Charbonneau aurait été contraint de demander sa démission à la suite de son implication dans certains dossiers d'actualité où il a défendu des positions opposées à la vision conservatrice du premier ministre Maurice Duplessis . Mgr Charbonneau a notamment épousé les causes des syndicats catholiques ainsi que la doctrine sociale soutenue par le père Georges-Henri Lévesque , fondateur de la Faculté des Sciences sociales de l'Université Laval. De plus, Mgr Charbonneau possédait un certain pouvoir politique avec l'acquisition de quelques parts dans le quotidien «Le Devoir». Selon certains observateurs, son implication en faveur des grévistes de l'amiante, à Asbestos, en 1949, aurait sonné le glas de son passage à l'évêché de Montréal. Les propos qu'il tenait alors, resteront néanmoins gravés dans les mémoires: «La classe ouvrière est victime d'une conspiration qui veut son écrasement et quand il y a conspiration pour écraser la classe ouvrière, c'est le devoir de l'Église d'intervenir. Nous voulons la paix sociale, mais nous ne voulons pas l'écrasement de la classe ouvrière. Nous nous attachons plus à l'homme qu'au capital. Voici pourquoi le clergé a décidé d'intervenir. Il veut faire respecter la justice et la charité et il désire que l'on cesse d'accorder plus d'attention aux intérêts d'argent qu'à l'élément humain.» C'est Paul-Émile Léger qui succédera à Charbonneau à la tête de l'archidiocèse de Montréal.


En référence: Renaude Lapointe, L'histoire bouleversante de Mgr Charbonneau, Montréal, Les éditions du jour, 1962, pp.60-72
En complément: (citation dans) Louise Charpentier, René Durocher, Christian Laville, Paul-André Linteau, Nouvelle histoire du Québec et du Canada, Montréal, Boréal Express, 1985, p.353. Jean Hamelin, Histoire du catholicisme, tome 2, de 1940 à nos jours, Montréal, Boréal Express, 1984, p.110-116. Micheline Lachance, Paul-Émile Léger: le prince de l'Église, Montréal, Les éditions de l'homme, 2000, p.105-116.
Crédits pour la photo: Année: 1945. © Site Internet CanPix Gallery. «Great Canadian Image Base». Auteur: Inconnu.. Référence: Site Internet CanPix Gallery. «Great Canadian Image Base». (http://www.nelson.com/nelson/ school/discovery/images/ncddimag.htm).



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke