Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Visite de la reine d'Angleterre, Elisabeth II, à Québec

10 octobre 1964

Les menaces proférées par des nationalistes québécois planent sur la visite de la souveraine britannique au Canada qui se déroule dans un climat de tension. Lors du passage d'Elisabeth II à Québec, le 10 octobre, l'envergure du service d'ordre et les méthodes musclées utilisées par la force constabulaire de la capitale feront l'objet de nombreuses critiques.

Le vendredi 9 octobre, le Rassemblement pour l'indépendance nationale (RIN) avait tenu une assemblée mouvementée qui s'était toutefois terminée dans le calme. L'appréhension de désordres amène néanmoins la police de Québec à encadrer les déplacements de la reine par un imposant cordon de sécurité, le lendemain. À certains endroits, les forces de l'ordre semblent d'ailleurs plus nombreuses que les spectateurs qui redoutent des actes de violence. Cela n'empêche pas les policiers de la ville de Québec d'utiliser la force pour dispercer les attroupements, ce qui incitera des journalistes témoins des événements à baptiser cette journée le «samedi de la matraque». Dans son édition du 12 octobre 1964, le journal «Le Devoir» titre : «Pendant que la reine Elizabeth préconise une nouvelle constitution pour le Canada, Québec reste indifférent mais sa police est d'une grande brutalité». L'envoyé spécial du «Devoir», Jean Tainturier, décrit en ces termes la réaction des forces de l'ordre : « La plupart des membres de cette police manquaient visiblement de calme et de jugement, chargeant sans raison aucune, souvent à contre temps, des étudiants et des séparatistes qui se contentaient de crier des slogans ou de chanter. À dix reprises au moins, leurs bâtons de deux pieds haut levés, les «municipaux» ont frappé dans le tas, sans raison, bêtement presque...» Elisabeth II quittera le Québec le 11 octobre, après avoir prononcé un discours en anglais et en français qui recevra un écho favorable dans la presse québécoise.


En référence: Le Devoir, 12 octobre 1964, p.1-2.
En complément: Pierre Godin, Daniel Johnson : (tome 2) la difficile recherche de l'égalité (1964-1968), Montréal, Éditions de l'Homme, 1980.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke