Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Création du Comité des Néo-Canadiens par la Commission des écoles catholiques de Montréal


Un groupe d'immigrants polonais à St-Jean

1947

Le Comité des Néo-Canadiens est mis sur pied pour trouver une solution au problème d'intégration des enfants de communautés ethniques catholiques au sein des écoles françaises catholiques.

Ce comité révèle l'existence d'un programme d'études trilingue qui pourrait s'avérer intéressant pour l'intégration des communautés ethniques, puisqu'il serait mieux adapté à leurs besoins. Le comité propose donc la mise sur pied de programmes scolaires bilingues à l'intérieur desquels on pourrait dispenser certains cours dans les langues maternelles des Néo-Canadiens au cours des premières années du primaire (en premier lieu, le programme vise la communauté italienne, mais on se dit prêt à l'étendre aux paroisses ukrainiennes et polonaises). Cette plate-forme scolaire pourrait être administrée par une troisième branche de la Commission des écoles catholiques de Montréal (la CECM est divisée à l'époque en deux branches, une pour les francophones catholiques et une autre pour les anglophones catholiques). Toutefois, cette proposition soulève beaucoup de réticences de la part des administrateurs de la CECM, autant francophones qu'anglophones. Ceux-ci décident de bloquer les fonds nécessaires au paiement des transports permettant aux étudiants sélectionnés pour ces programmes de se rendre à leurs lieux d'études. Avec l'établissement d'un programme trilingue, les écoles anglaises catholiques risquent de perdre une bonne partie de leur clientèle. Pour leur part, les francophones craignent que ces institutions soient impuissantes à intégrer les Néo-Canadiens. Une fois l'échec de sa proposition constaté, le Comité aux Néo-Canadiens concentre ses efforts à l'élaboration de classes de langue française et bilingues pour les enfants et adultes allophones.


En référence: Michael D. Behields, Le Québec et la question de l'immigration : de l'ethnocentrisme au pluralisme ethnique, 1900-1985, Ottawa, Société historique du Canada, 1991, p.10.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke