Explosion d'une bombe à Montréal

 


Un policier tente de désamorcer une bombe du FLQ placée dans une boîte aux lettres à Westmount.Année: 1963. © Historica Auteur: Inconnu. Référence: Site Internet Historica : http://www.histori.ca/.

[21 avril 1963]

L'explosion d'une bombe dans un hangar à poubelles situé derrière un centre de recrutement de l'armée, à Montréal, fait un mort.

La victime de cette explosion est le préposé au chauffage de l'édifice de l'armée, William Victor O'Neill. Cette nouvelle soulève l'indignation des leaders politiques, même ceux qui sont favorables à l'indépendance du Québec. Le Rassemblement pour l'indépendance nationale, Marcel Chaput du Parti républicain du Québec et Raymond Barbeau de l'Alliance laurentienne se dissocient tous de ce geste que plusieurs attribuent au Front de libération du Québec (FLQ), un groupe terroriste qui a déjà eu recours aux explosifs pour se faire connaître. Dans «Le Devoir», André Laurendeau écrit à ce sujet : «Ces embusqués (le FLQ) prétendent agir au nom du nationalisme canadien-français : ils font de leur mieux pour le déshonorer. Et ils sont peut-être en train de creuser la tombe du séparatisme.»


En référence: La Presse, 22 avril 1963, p.1, Le Devoir, 22 avril 1963, p.1 et 2.
En complément: Louis Fournier, F.L.Q : histoire d'un mouvement clandestin, Montréal, ditions Québec/Amérique, 1982, 509 p. Marc Laurendeau, Les Québécois violents, Montréal, Boréal, 1990, 351 p. FLQ : un projet révolutionnaire : lettres et écrits felquistes (1963-1982), Outremont, VLB, 1990, 275 p. Gabriel Hudon, Ce n'était qu'un début : ou, La petite histoire des premiers pas du FLQ, Montréal : Parti pris, 1977, 176 p.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle - Directeur: Jean-Herman Guay Perspective monde