Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Retrait de la Sidérurgie du Québec à Gagnon sur la Côte-Nord

1985

Appartenant au gouvernement du Québec via Sidbec-Normines, la ville de Gagnon ferme définitivement lorsque la compagnie abandonne la dernière mine en exploitation, celle de Fire Lake. Quelques 4 000 résidants devront se déplacer vers une nouvelle région.

Fondée en 1957 par la Québec Cartier Mining, la ville de Gagnon était centrée sur l'exploitation du minerai de fer. En 1970, l'ouverture de mines prometteuses situées plus au nord menace sa survie. La société d'État Sidbec s'installe alors dans la ville et débute l'exploitation d'une nouvelle mine, Fire Lake. Par la même occasion, le gouvernement rachète les maisons et infrastructures de Gagnon en prévision d'une baisse importante de l'exploitation minière, ce qui permet aux travailleurs touchés de pouvoir se déplacer vers une autre région. En 1985, Sidbec met fin définitivement à l'exploitation minière et, un an plus tard, la ville de Gagnon, abandonnée, sera rasée de fond en comble.


En référence: Pierre Frenette, dir., Histoire de la Côte-Nord, Coll. «Les Régions du Québec», Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1996, p.474-502.
En complément: Marc Vallières, Des mines et des hommes : histoire de l'industrie minérale québécoise, Québec, Publications du Québec, 1989, 439 pages.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke