Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Discours du premier ministre Jean Lesage devant les enseignants


Jean Lesage lors d'une allocution

25 mars 1961

La victoire de l'équipe libérale de Jean Lesage marque un tournant dans la conception de l'État. En mars 1961, le premier ministre déclare à ce sujet : «L'État québécois est le point d'appui collectif de la communauté canadienne-française. L'État québécois n'est pas un étranger parmi nous. Allons-nous le comprendre! C'est à nous. Il est à nous. Il nous appartient et il émane de nous.»

Le nouveau premier ministre joue un rôle central dans l'évolution de ce l'on appellera la Révolution tranquille. Cependant, de l'avis de Jacques Parizeau , alors conseiller économique, ce rôle ne fut «pas spectaculaire». Claude Morin, dans une entrevue qu'il accordait au journaliste Pierre Duchesne, estimait pour sa part que le grand mérite de Lesage avait été de «permettre la Révolution tranquille, mais non de l'inventer». Sa grande force fut de s'entourer de ce que l'on appelle l'équipe du tonnerre : Paul Gérin-Lajoie , René Lévesque et Eric Kierans (à partir de 1963). Pour d'autres, l'héritage des années de Maurice Duplessis n'est pas sans importance. Selon Jean Deschamps, sous-ministre de l'Industrie et du Commerce en 1963 : «Avec les fonds de Duplessis, tout était possible, il n'y avait pas de dettes. On pouvait lancer n'importe quel programme, s'embarquer dans tout. Il y avait toujours des fonds.» Claude Morin soutient aussi une certaine continuité, du moins dans la relation que l'État québécois entretenait avec le gouvernement fédéral : «En somme, la Révolution tranquille, c'était les positions de Duplessis, mais à la moderne. Nous ne faisions pas juste réclamer, nous agissions.»


En référence: Pierre Duchesne, Jacques Parizeau, biographie 1930-1970, tome 1, Le Croisé, Montréal, Québec Amérique, 2001, pages 207-210.
En complément: Robert Comeau et al., Jean Lesage et l'éveil d'une nation : les débuts de la révolution tranquille, Sillery, Presses de l'Université du Québec, 1989, 367 p. Dale C. Thomson, Jean Lesage et la Révolution tranquille, Montréal, Éditions du Trécarré, 1984, 615 p. Richard Daigneault, Lesage, Montréal, Libre Expression, 1981, 302 p.
Crédits pour la photo: Année: 1966. © Gouvernement du Québec Auteur: Inconnu. Référence: Fonds Ministère de la Culture et des Communications, Office du film du Québec..



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke