Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'une conférence intercoloniale à Londres


Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada de 1896 à 1911

Août 1902

Le premier ministre Wilfrid Laurier participe à une conférence intercoloniale à Londres. Avant de revenir au Canada, il passe par la France dans le but de définir une nouvelle diplomatie. Sa position face à l'Empire britannique est très claire. Selon lui, cette dernière se compose «d'une multitude de nations libres soumises à un même souverain, mais qui, avant tout, se doivent à elles-mêmes». Il revient de ce voyage le 17 octobre, complètement épuisé, mais sera grandement acclamé partout sur son passage.

La visite de Wilfrid Laurier à Londres suscite beaucoup de réactions dans la presse québécoise. Dans «La Presse» du 28 août 1902, on retrouve par exemple l'extrait suivant: «...M.Chamberlain [ministre britannique aux colonies] s'y était pris de longue date pour nous subjuguer [faire participer le Canada aux mesures impérialistes de l'Angleterre]. Il avait envoyé un gouverneur hardi, avec des instructions fermes; il n'avait pas, depuis quatre ans, négligé de tirer une seule ficelle; les journaux tories [conservateurs] d'Ontario et de Montréal avaient chauffé l'opinion à blanc sur la nécessité de contribuer à la défense de l'Empire en dehors du Canada. Il serait difficile de nier que Sir Wilfrid a renversé tout cet échaffaudage d'un seul coup...» Concernant le voyage de Laurier en France, le journal «La Vérité» affirme par ailleurs au sujet de Laurier: [extrait de l'article de Jules-Paul Tardivel dans le journal «La Vérité»] «Son attitude réservée [celle de Laurier] a sans doute fortement contribué à faire échouer les projets impérialistes de M.Chamberlain. En France, où il s'est rendu ensuite, son attitude nous paraît avoir été également correcte. Il a bien fait comprendre à nos cousins de France que si nous sommes disposés à établir des relations commerciales avec notre ancienne mère-patrie, il ne saurait être question, en aucune façon, de modifier nos relations politiques avec l'Angleterre, surtout en vue d'un rapprochement avec la France. Il a fait clairement comprendre là-bas que personne ici ne désire voir le Canada redevenir colonie française; et en cela, nous ne craignons pas de l'affirmer, il a exprimé fidèlement les sentiments de tous les Canadiens français, sans exception. Les allures de John Bull ne nous plaisent pas toujours, certes; mais pour rien au monde nous ne voudrions rompre avec lui pour unir nos destinées politiques à celles de la France révolutionnaire. Si jamais le Canada français rompt avec l'Angleterre, ce sera en vue d'acquérir l'indépendance... Le premier ministre a parlé correctement en France.»


En référence: (citation dans) Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Israël Tarte, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.150-151.
En complément: Réal Bélanger, Wilfrid Laurier: quand la politique devient passion, Québec et Montréal, Les presses de l'Université Laval, 1986, p.258. Laurier L. Lapierre, Sir Wilfrid Laurier : portrait intime, Montréal, Éditions de l'Homme, 1997, p.269-314.
Crédits pour la photo: Année: 1900. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Canada Wide (Montreal Star). Référence: Canada Wide (Montreal Star).



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke