Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue de la première assemblée de la Ligue Nationaliste canadienne


Henri Bourassa, fondateur du journal «Le Devoir»

23 août 1903

La Ligue Nationaliste tient sa première assemblée afin de protester contre les résolutions impérialistes adoptées au cinquième congrès des chambres de commerce de l'Empire à Montréal. L'événemenement à lieu au théâtre national sous la présidence du journaliste Olivar Asselin

Le premier et principal orateur de cette assemblée est Henri Bourassa . Il débute son discours en soulignant que le congrès des chambres de commerce de l'Empire, qui a eu lieu à Montréal, était destiné à préparer le terrain pour les politiques de la Grande-Bretagne. Selon Bourassa, les résolutions votées à cette occasion relativement à la participation obligatoire des colonies à la défense de l'Empire, serviront à imposer de nouvelles mesures impérialistes sous le prétexte que le monde du commerce, de l'industrie et de la finance de tout l'Empire les ont réclamées. Or, Bourassa rappelle les énormes efforts déployés à la défense de l'autonomie canadienne. Il souligne aussi que le premier devoir des Canadiens est envers le Canada. Selon lui, la Grande-Bretagne a retiré plus de services du Canada que le Canada n'en a retiré de l'Empire britannique. À cet égard, la solidarité impériale est inacceptable à ses yeux et les Canadiens doivent faire taire la voix de Rideau Hall (résidence du gouverneur générale du Canada) pour faire entendre celle du peuple. Bourassa ne désire pas de rupture avec la Grande-Bretagne, par contre, il prétend qu'entre la rupture et l'asservissement, il choisit sans contredit la rupture. Il termine son discours en ajoutant sous des applaudissements effrénés: «Plutôt l'indépendance que l'impérialisme!» Plusieurs autres discours à saveur nationaliste seront prononcés par la suite. Le lendemain, le journal «La Presse» manifestera son support à Bourassa en consacrant à l'assemblée de la veille sa page frontispice. En revanche, les loyalistes canadiens seront scandalisés. Un résumé du discours de Bourassa sera même câblé à Londres où il crééra une certaine surprise.


En référence: La Presse, 24 août 1903, p.1 et 7.
En complément: Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise, 1867-1929, Montréal, Boréal Express, 1979, p.560-566. Robert Rumilly, Henri Bourassa : la vie publique d'un grand Canadien, Montréal, Chantecler, 1953, p.134-157. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: S.-N.Parent, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.23-28.
Crédits pour la photo: Année: 1915. © Archives Nationales du Canada. Auteur: Inconnu. Référence: Archives Nationales du Canada..



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke