Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Décision de l'arbitre britannique, Lord Alverstone, relativement à la délimitation des frontières de l'Alaska


Réunion de la Commission internationale chargée de délimiter les frontières de l'Alaska

Octobre 1903

La Commission internationale chargée de délimiter les frontières de l'Alaska prend une décision qui soulève l'ire des Canadiens.

Le Canada envoie à Londres, siège de la Commission internationale chargée de déterminer les frontières de l'Alaska, une délégation d'avocats réputés. Leur mission est de défendre les intérêts canadiens dans ce litige. Cette présence ne suffit pas à empêcher l'arbitre britannique de se ranger du côté des positions américaines, ce que les Canadiens perçoivent comme une volonté anglaise de préserver l'amitié américaine au détriment de leurs intérêts. Les délégués canadiens refusent d'aileurs de signer le traité et sont appuyés publiquement et vigoureusement par le ministre canadien de l'intérieur, Clifford Sifton. Plusieurs journalistes expriment à leur tour le sentiment que la position canadienne dans ce litige était condamnée avant même d'être entendue. Dans le journal «Le Soleil», on peut lire le 22 octobre 1903 : «Le Canada a tout perdu, ou à peu près tout, devant le tribunal de l'Alaska. Le représentant de l'Angleterre s'est rangé du côté des Américains, contre les commissaires canadiens. Cela ne nous étonne guère, car l'Angleterre n'a jamais hésité à nous sacrifier pour maintenir la paix avec les États-Unis. Cela durera tant que le Canada n'aura pas le droit de faire ses propres traités. Ce droit de faire nos propres traités figure en tête du programme du parti libéral depuis l'entrée de M.Laurier (...) en 1877, c'est-à-dire il y a 26 ans. Espérons que M.Laurier réussira un de ces jours à obtenir cette concession.» Les journaux canadiens, tant anglophones que francophones, s'accordent pour affirmer que, par ce traité, l'Angleterre a acheté l'amitié américaine. De plus, les journaux félicitent les délégués canadiens de n'avoir pas signé le traité en question. L'opinion publique s'en prend à l'Angleterre plutôt qu'aux États-Unis. Il n'en faut pas plus pour que le député de Labelle, Henri Bourassa propose aux Communes le 23 octobre, que le Canada traite lui-même directement ses affaires internationales. Bourassa va même jusqu'à demander à ce qu'il y ait un agent canadien à Washington (type de consulat). Le premier ministre canadien, Wilfrid Laurier , ajoutera plus tard qu'il est grand temps que le Parlement impérial concéde au Canada le droit de conclure ses propres traités. Dans la tourmente, les impérialistes canadiens subissent un rude coup. Laurier adopte même certains acrticles importants de la Ligue Nationaliste canadienne d'Olivar Asselin .


En référence: La Presse, 21 octobre 1903, p.3 et 7.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: S.-N. Parent, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.55-57. Robert Rumilly, Henri Bourassa, la vie publique d'un grand canadien, Montréal, Chantecler, 1953, p.146-157.
Crédits pour la photo: Année: 1903. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives nationales du Canada. Référence: Archives nationales du Canada (C-21425) .



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke