Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Témoignage de Henri Bourassa devant la Commission de colonisation


Labours dans une région rurale du Québec

18 février 1904

De nombreux problèmes soulevés entre les colons et les marchands de bois amènent la création d'une Commission de colonisation par le gouvernement libéral de Simon-Napoléon Parent . Henri Bourassa , qui est invité à s'adresser aux membres de la commission, fait part de ses observations dans son témoignage.

Bourassa connaît bien les colons pour avoir vécu près d'eux sur la seigneurie de son grand-père, Louis-Joseph Papineau, et pour s'être occupé d'eux en tant que député. Selon lui, la question de la colonisation est primordiale et tout à fait d'actualité. Il veut, dans un Canada autonome, une province de Québec vigoureuse. Or, pour lui, cette vigueur passe par la colonisation. Le témoignage de Bourassa dure plus de deux heures. Deux points capitaux sont à retenir. D'abord, Bourassa souligne que le coeur du problème des colons est le conflit qui les oppose aux marchands de bois. Plus souvent qu'autrement, les compagnies étrangères sont indifférentes aux colons. Par leurs richesses, elles influencent la législation et l'administration et retardent les progrès de la colonisation. Bourassa propose donc la séparation du domaine forestier et du domaine colonisable de manière à supprimer les doubles droits de propriété et les droits simultanés (ex. le colon et le marchand de bois possédant une même terre avec des droits différents). Selon Bourassa, en séparant les deux domaines, on éliminera les conflits tout en rendant les deux partis indispensables l'un à l'autre. Le deuxième point d'importance soulevé par Bourassa est la vente inacceptable du potentiel hydrauliques de la province. Il déplore que cette richesse nationale soit livrée à des étrangers pour des sommes ridicules. Selon ses dires: «Nous cédons pour l'éternité, par simple vente privée, une propriété dont personne ne peut encore dire la valeur, et qui ne s'épuisera jamais. C'est le comble de la démence administrative!»


En référence: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: S.-N.Parent, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.116-118.
En complément: Robert Rumilly, Henri Bourassa; la vie publique d'un grand canadien, Montréal, Chanteclerc, 1953, 791 p.
Crédits pour la photo: Année: 1929. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives publiques du Canada. Référence: Archives publiques du Canada.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke