Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Ouverture de la campagne électorale provinciale

4 novembre 1904

Le premier ministre du Québec, Simon-Napoléon Parent , déclenche des élections surprises le lendemain de la victoire libérale aux élections fédérales. Il veut ainsi profiter de l'élan libéral et de l'effet qu'a eu cette victoire sur le moral des Conservateurs. La tenue du vote est prévue pour le 25 novembre 1904.

En déclenchant des élections aussi rapidement, le premier ministre Parent ne laisse aux Conservateurs que 13 jours pour choisir et présenter 64 nouveaux candidats (sur 74 comtés). Ce court laps de temps ne permet pas à ceux-ci de tenir les conventions nécessaires, de désigner les candidats, de rédiger, d'imprimer et de distribuer la littérature électorale. Les journaux conservateurs du Québec, et d'autres tels que «Le Nationaliste», protesteront. La réélection des chefs conservateurs, Edmund James Flynn et Louis-Philippe Pelletier, étant compromise, ces derniers décident de s'abstenir plutôt que de livrer une lutte qu'ils jugent inégale. Flynn le confirme par un manifeste publié dans les journaux de la province le 6 novembre. Il dénonce le fait que le gouvernement supprime tout débat possible et qu'il falsifie ainsi le verdict populaire. Ce manifeste amène une réplique de Parent qui justifie son initiative en évoquant l'agitation menée par ses adversaires durant la dernière année. Parent parle aussi de son désir de soumettre la nouvelle loi sur la colonisation au peuple. Ces explications en satisfont quelques-uns, mais des mécontents subsistent, même parmi les Libéraux. Le premier ministre Wilfird Laurier est un de ceux-là. Son insatisfaction s'explique en partie par le fait qu'il n'a pas été consulté préalablement par Parent.


En référence: La Presse, 7 novembre 1904, p.10. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise, 1867-1929, Montréal, Boréal Express, 1979, p.574-579.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Simon-Napoléon Parent, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.185.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke