Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Réactions à la présentation du «bill d'autonomie» présenté par le premier ministre Wilfrid Laurier


Affiche encourageant le peuplement de l'Ouest canadien

21 février 1905

Le «bill d'autonomie» vise à créer à partir des Territoires du Nord-Ouest les nouvelles provinces de l'Alberta et de la Saskatchewan. La question du système scolaire de ces futures provinces complique toutefois l'adoption de la loi qui sera à l'origine de tensions entre catholiques et protestants.

Le «contrôle» du système scolaire devient un enjeu important avec la création des nouvelles provinces de l'Alberta et la Saskatchewan. Forts de leur récente victoire aux élections ontariennes, les orangistes s'opposent au «bill d'autonomie» de Laurier parce qu'il propose des écoles séparées religieusement, ce qui favoriserait l'épanouissement du fait catholique dans l'Ouest canadien. Cette position ne tarde pas à éveiller des réactions au Québec. Tant chez les protestants que les catholiques, les camps se divisent entre extrémistes et modérés, ce que l'on peut observer dans les journaux de l'époque. Pressé de trouver une solution malgré les positions intransigeantes des extrémistes religieux et le fait qu'on l'accuse d'être au service du Québec et de la «hiérarchie» catholique, Laurier décide de s'appuyer sur les modérés des deux camps et d'amender l'article 16 de son «bill» au détriment des minorités catholiques de l'Ouest. À l'origine, celui-ci donnait à toute minorité le droit d'enseigner sa langue et sa religion dans des écoles séparées. Le choix des livres était laissé à un bureau catholique. L'amendement permet maintenant l'enseignement de la religion, mais seulement après les heures de classe. De plus, le choix des livres est soumis à un commissaire protestant. Aussi, des écoles séparées n'auront droit d'existence que dans les districts scolaires où les catholiques sont minoritaires. Or, dans les endroits où ils se trouvent, les Canadiens français de l'Ouest sont presque toujours en majorité.


En référence: La Presse, 21 février 1905, p.9, 22 férvrier 1905, p.9.
En complément: Susan Mann Trofimenkoff, Vision nationales : une histoire du Québec, Saint-Laurent, Trécarré, 1986, p.231-252. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Les écoles du Nord-Ouest, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.12-37. Robert Rumilly, Henri Bourassa : la vie publique d'un grand Canadien, Montréal, Chantecler, 1953, p.191-217.
Crédits pour la photo: Année: 1910. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives publiques du Canada. Référence: Archives publiques du Canada.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke