Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'un congrès sur la colonisation à Saint-Jérôme


Ouverture d'un chemin de colonisation dans les Laurentides

21 novembre 1905

Au cours de ce congrès, les questions de colonisation et d'éducation occupent une bonne partie des discussions. Le Parti libéral reconnaît la nécessité de réformes dans l'enseignement, mais de réformes prudentes, accomplies de concert avec le clergé.

Cet important congrès se tient à Saint-Jérome en l'honneur du renommé curé Labelle, et sous les auspices du ministre de la Colonisation, Jean Prévost. C'est Mgr Paul Bruchési, l'archevêque de Montréal, qui assure la présidence d'honneur. Il est secondé par le sénateur Jules Tessier, qui occupe la vice-présidence d'honneur. Dans son discours d'ouverture, le ministre Prévost en profite pour remercier les compagnies de chemins de fer de toute la province du Québec d'être représentées au congrès. Selon lui, «en s'unissant au ministre de la Colonisation, tout en contribuant à l'agrandissement de la province de Québec, elles s'assureront de meilleurs bénéfices en peuplant les régions où s'échelonnent sur leur parcours de florissantes paroisses». Interrogé par des journalistes quelques jours après le congrès, le député Georges-Albini Lacombe, n'ayant pu se présenter au congrès, affirme qu'il : «partage absolument les vues de l'honorable M.Prévost concernant la colonisation. D'abord, il faut des voies de communication pour permettre au colon d'écouler ses produits sans être à la merci du marchand de bois avec lequel il lui est impossible de lutter. Puis il faut centraliser les colons sur de bonnes terres et les mettre seigneurs de leur petite propriété à condition qu'ils remplissent les conditions d'établissement».


En référence: La Presse, 21 novembre 1905, p.9, 28 novembre 1905, p.1
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Les écoles du Nord-Ouest, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.87-90.
Crédits pour la photo: Année: 1900. © nd Auteur: Inconnu. Référence: Archives Nationales du Québec à Québec, coll.initiale.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke