Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Début d'une tournée provinciale par Henri Bourassa


Henri Bourassa, fondateur du journal «Le Devoir»

13 août 1907

Les rumeurs annonçant l'entrée de Henri Bourassa en politique provinciale se font persistantes. Les différends entre les libéraux qui le supportent, et ceux qui sont restés fidèles au premier ministre Wilfrid Laurier , incitent Bourassa à faire le tour de la province pour annoncer la création d'un troisième parti politique provincial: le Parti nationaliste.

La Ligue nationaliste annonce pour le 5 août 1907 une assemblée de Bourasssa dans le comté de Québec-est, celui de Laurier. Les Libéraux restés loyaux au premier ministre interprètent ce geste comme de la provocation. Sous la conduite d'Alexandre Taschereau et de Georges Parent, ils lancent pierres, bouteilles et tomates aux partisans de Bourassa qui tentent néanmoins de faire entendre leur «homme» devant les 15 000 auditeurs rassemblés. La scission au sein du parti libéral fédéral devient plus évidente que jamais. Devant cette action des partisans de Laurier, un grand nombre de paroisses invitent Bourassa, devenu l'homme de l'heure, en lui garantissant la liberté de parole. La Ligue nationaliste profite de cette occasion pour organiser une grande tournée provinciale. La première assemblée a lieu le 13 août, à Sainte-Martine. Bourassa expose alors un véritable programme politique. Il critique la gestion des terres, des forêts, des mines et des ressources hydrauliques, critiques qui ne sont pas sans ressembler à celles des Conservateurs provinciaux. En deuxième lieu, Bourassa demande que l'on réforme l'administration de la justice, qu'il juge trop coûteuse en matière de législation du travail, d'instruction publique et de colonisation. Les réformes proposées ne retiennent ni l'attention des mouvements ouvriers, ni celle des mouvements de laïcisation de l'éducation, parce qu'elles sont perçues comme trop modérées. Bien que le programme présenté laisse présager l'entrée de Bourassa en politique provinciale, celui-ci n'annonce rien. Le 18 août, une autre assemblée a lieu à Saint-Hyacinthe. Cette fois, il s'agit d'une assemblée contradictoire, c'est-à-dire que Bourassa et ses partisans feront face à des Libéraux restés fidèles à Laurier dans une joute oratoire. Deux éloquents tribuns, Aimé Beauparlant et Télesphore-Damien Bouchard , font face à Bourassa. Vertement attaqué, un Bourassa en verve réplique à ses adversaires. Par la suite, il se rend à Rigaud, Monréal, l'Assomption, Louiseville, Longueuil, Rimouski, Rivière-du-Loup, Lévis, Mégantic, Pont-Château, Iberville, Ormstown, Shawinigan et Trois-Rivières, où il tient un discours enflammé devant des foules importantes (parfois plus de 10 000 personnes). Il fait des percées auprès des jeunes et dans le clergé, ce qui inquiète les Libéraux. Le 30 août, Bourassa annoncera la création d'un troisième parti politique provincial dont il serait fort probablement le chef.


En référence: Robert Rumilly, Henri Bourassa; la vie publique d'un grand canadien, Montréal, Chanteclerc, 1953, p.218-269.
En complément: Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain : de la Confédération à la crise, 1867-1929, Montréal, Boréal Express, 1979, p.560-566. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Henri Bourassa, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.77-93.
Crédits pour la photo: Année: 1915. © Archives Nationales du Canada. Auteur: Inconnu. Référence: Archives Nationales du Canada..



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke