Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'une assemblée de l'Association catholique de la jeunesse canadienne au Monument National


Le député nationaliste Armand Lavergne

8 mai 1908

L'Association catholique de la jeunesse canadienne (ACJC) organise une assemblée d'appui au député indépendant de Montmagny, le nationaliste Armand Lavergne. Celui-ci réclame que l'on fasse une plus grande place à la langue française dans les services publics.

Le député de Montmagny réclame le français dans tous les services publics de la province de Québec. Cette demande reçoit l'appui de l'ACJC qui organise une assemblée au Monument National, à Montréal, le 8 mai 1908. Ce soir-là, la salle est tellement pleine que l'on refuse des gens. Beaucoup de jeunes sont sur place pour écouter Lavergne qui prend la parole en premier : «Nous ne demandons rien», dit-il, «qui ne soit parfaitement constitutionnel. En théorie, la constitution met les deux langues sur le même pied. En fait, ce principe est méconnu. Les timbres-poste ne sont imprimés qu'en anglais. Sur l'intercolonial, chemin de fer de l'État, ayant la moitié de son parcours et encaissant les trois quarts de ses recettes dans la province de Québec, il est impossible d'obtenir un renseignement en français. À l'Imprimerie nationale, aux Postes, aux Douanes, aux Travaux publics, à l'Intérieur, l'anglais règne seul. Il faut agir, protester, pétitionner. Oublier l'esprit de parti pour réaliser l'unanimité des Canadiens français dans cette campagne. Nous ne visons pas le pouvoir, mais le bonheur et la gloire de notre patrie; nous n'ambitionnons d'autre récompense que l'honneur de la servir.» Henri Bourassa vient ensuite sur la tribune. Il appuie les propos de Lavergne tout en encourageant la jeunesse à se faire entendre. Au nom du respect des Canadiens français, Bourassa dit ne pas demander «...la suppression d'un seul mot anglais, mais l'addition de mots français. Les Anglais comprendront cette requête. Le peuple anglais n'est pas si étroit d'esprit qu'on le dit; il sait reconnaître les droits d'autrui et recevoir des revendications présentées avec dignité.» Les discours sont accompagnés d'acclamations et d'applaudissements enthousiastes. Une résolution demandant l'adoption par le Parlement d'une loi assurant la présence du français dans les services publics québécois, étatiques ou privés, est adoptée.


En référence: La Presse, 9 mai 1908, p.15.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Henri Bourassa, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.133-137. Robert Rumilly, Henri Bourassa : la vie publique d'un grand Canadien, Montréal, Chantecler, 1953, p.282-285.
Crédits pour la photo: Année: 1910. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Archives du Séminaire de Québec. Référence: Archives du Séminaire de Québec.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke