Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'une assemblée contradictoire à Saint-Hyacinthe dans le cadre de la campagne électorale fédérale

13 août 1911

L'assemblée doit être abrogée à la suite du tumulte suscité par les orateurs et par la double-attaque du ministre libéral fédéral, Rodolphe Lemieux, contre le député de la Ligue nationaliste à Québec, Armand Lavergne.

L'assemblée se déroule devant une foule immense (certains l'évaluent à 30 000 personnes, ce qui est stupéfiant puisque Saint-Hyacinthe ne compte à ce moment que 9 000 âmes!) Dans son discours, le ministre Rodolphe Lemieux s'acharne sur Henri Bourassa . Celui-ci n'est pas candidat, mais son ombre plane sur la camapagne électorale puisqu'il donne un bon coup de main aux Conservateurs en amultipliant les attaques contre les Libéraux de Laurier. Après ces attaques, Lemieux fait l'éloge de son chef, Wilfrid Laurier . Le ministre fait part de son inquiétude à ce que le nom de Laurier ne suscite plus aussi spontanément les cris d'appuis qu'autrefois. Le député nationaliste Armand Lavergne, qui est assis sur l'estrade, se moque des propos de Lemieux. C'est alors qu'il est bousculé par le ministre, ce qui fait réagir la foule. Un vent de panique souffle avant que Bourassa ne se lève et parvienne à dominer le tumulte. Il se livre à son tour à quelques attaques, y allant d'invectives destructrices contre le traité de réciprocité et contre la Loi sur la marine, qu'il pourfend au nom de son attachement à l'autonomie canadienne. Malgré l'éloquence du discours de Bourassa, la foule divisée se fait de plus en plus tapageuse, criant encouragements enthousiastes et insultes brutales aux tribuns. Lorsque Armand Lavergne prend la parole, le calme revient. Lavergne est vindicatif. Il s'attaque au gouvernement Laurier, puis s'en prend à Lemieux. Ce dernier explose. Il se précipite sur Lavergne, dérogeant ainsi à l'étiquette des assemblées contradictoires. Lemieux se retire sous les huées de la foule alors que le président de la séance n'a d'autre choix que de lever l'assemblée. .


En référence: Le Devoir, 14 août 1911, p.1.
En complément: Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Défaite de Laurier, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1944, p.77-86.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke