Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Démission de Frederick D. Monk du cabinet du premier ministre Robert Borden


Le député conservateur Frederick Monk

18 octobre 1912

Les tergiversations du député conservateur Frederick D. Monk sur la question de la marine canadienne font de lui une cible pour les nationalistes canadiens-français. Le 18 octobre 1912, il démissionne de son poste de ministre des Travaux publics.

Lors d'une assemblée tenue le 10 septembre 1912, Monk s'efforçait de justifier les actions de son gouvernement, notamment sur la question controversée de la marine canadienne et sur celle des écoles du Keewatin. Henri Bourassa écrira à ce sujet dans «Le Devoir» : «Ceux qui connaissent comme nous le désintéressement personnel de M.Monk, qui ont entendu les accents indignés avec lesquels il a dénoncé si souvent les politiciens qui se collent au pouvoir aux dépens de leurs prinicpes et de leurs engagements, ne doutent pas un instant qu'il fera accepter par ses collègues les principes et les idées qu'il a préconisés depuis son discours de Lachine, en novembre 1909, jusqu'au 21 septembre 1911- ou qu'il démissionnera...» À leur retour de Grande-Bretagne, le premier ministre Robert Borden et ses ministres envisagent de verser une contribution d'urgence de 35 millions de dollars à la défense de l'Empire britannique, et ce par emprunt à des banques londoniennes. Monk, qui occupe le poste de ministre des Travaux publics, demande la tenue d'un plebiscite. Mais la majorité n'en veut pas. Monk démissionne alors du cabinet, alléguant que la contribution canadienne à l'Empire sans consultation populaire est contraire à ses promesses et dépasse le cadre de la Constitution de 1867. Sa lettre de démission ne paraîtra qu'au mois de janvier suivant afin que son départ se fasse sans trop de vagues.


En référence: Le Devoir, 18 octobre 1912, p.1 et 6 et 19 octobre 1912, p.8.
En complément: John English, Borden : His Life and World, Toronto, McGraw-Hill Ryerson, 1977, 223 p. Robert Laird Borden, Robert Laird Borden: His Memoirs, Toronto, Macmillan, 1938, 2.v. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: Les écoles du Keewatin, Montréal, Éditions Bernard Valiquette, 1946, p.163-170.
Crédits pour la photo: Année: 1903. © nd Auteur: inconnu. Commanditaire: Metropolitan Toronto Library Board. Référence: Metropolitan Toronto Library Board.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke