Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Tenue d'un référendum sur la prohibition au Québec


L'intérieur d'une taverne

10 avril 1919

Le gouvernement libéral dirigé par Lomer Gouin invite la population à se prononcer sur la légalité de la vente du vin et de la bière au Québec. Les résulats sont éloquents alors que les tenants de la prohibition sont défaits par une majorité écrasante.

Il est intéressant de souligner que plusieurs villes, dont Québec, qui se sont prononcé pour la prohibition peu de temps auparavant, appuient maintenant de façon non équivoque la vente de bière et de vin sur le territoire québécois. En fait, selon l'édition du «Devoir» du 11 avril 1919, seulement sept comtés du Québec, tous ruraux, ont appuyé la prohibition : Compton, Brome, Richmond, Stanstead, Dorchester, Huntingdon et Pontiac. Ce résultat ne signifie pas que la vente d'alcool sera acceptée partout puisque les villes qui ont déjà tenu des consultations populaires favorables à la prohibition sont tenues de respecter leurs lois jusqu'à ce qu'elles soient modifiées. Dans le cas de Québec, par exemple, il faudra attendre encore plusieurs années. Toujours dans «Le Devoir», Georges Pelletier explique de la façon suivante les résultats décisifs du 10 avril : «La façon dont la campagne s'est faite, l'abstention presque totale du clergé catholique et des sociétés de tempérance canadienne-française, l'isolement du groupe prohibitionniste de langue anglaise, la presque unanimité des journaux en faveur de l'essai d'un régime de prohibition modérée, l'exemple des autres provinces où la prohibition absolue, malgré toute la sévérité de la surveillance gouvernementale, n'a pu empêcher des excès alcooliques patents, le sentiment de la majorité des électeurs qui tiennent à la liberté pourvu qu'elle ne dégénère pas en licence, tant cela et bien d'autres causes ont influé sur l'issue finale du référendum.» Soulignons que depuis janvier 1919, le 18e amendement à la Constitution américaine (Volstead Act) fait des États-Unis un territoire sec. On estime néanmoins qu'entre 1920 et 1933, année où le gouvernement américain mettra fin à la prohibition, de 22 à 45 millions de litres de spiritueux traverseront illégalement la frontière canadienne.


En référence: Le Devoir, 10 avril 1919, p.3 et 11 avril 1919, p.1 et 3.
En complément: Robert Prévost et al., L'histoire de l'alcool au Québec, Québec, Société des alcools du Québec, 1986, 239 pages. Robert Rumilly, Histoire de la province de Québec: succession de Laurier, XXIV, Montréal, Chantecler, 1940, p.41-52. Don Gilmour, Achille Michaud, Pierre Turgeon, Le Canada: une histoire populaire de la Confédération à nos jours, Saint-Laurent, Fides, 2001, p.134.
Crédits pour la photo: Année: 1925. © Musée McCord Auteur: Inconnu. Référence: MP-0000.587.125 Site Internet du Musée McCord. Le musée fait une mise à jour régulière de ses données. Pour en savoir plus sur le document, visitez le site du Musée McCord..



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke