Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection de Maurice Duplessis au poste de chef du Parti conservateur du Québec


Maurice Duplessis (au centre) lors du congrès au leadership des conservateurs

4 octobre 1933

Le chef intérimaire du Parti conservateur du Québec, Maurice Duplessis , est élu officiellement à la tête de sa formation lors d'un congrès qui se déroule à Sherbrooke, dans les Cantons de l'Est.

Ce congrès a été rendu nécessaire par le départ de l'ancien chef, Camillien Houde , en 1932. Le député de Trois-Rivières à l'Assemblée législative, Maurice Duplessis , le remplace alors sur une base intérimaire. À l'automne 1933, les Conservateurs tiennent une convention à Sherbrooke afin de se choisir officiellement un chef. Duplessis est sur les rangs, tout comme le député de Dorchester, Onésime Gagnon, qui compte sur le support de la faction «houdiste» du parti, c'est-à-dire les partisans de l'ancien chef Camillien Houde qui ne tiennent pas à voir Duplessis gagner la convention. D'une durée de deux jours, le 3 et 4 octobre, celle-ci est ponctuée de quelques petits accrochages entre les deux clans. Duplessis, qui compte sur l'appui de la plupart des députés conservateurs, remporte toutefois aisément la victoire, recueillant 332 voix contre les 214 de Gagnon. La menace de scission est rapidement écartée par ce dernier qui se rallie au vainqueur. Lorsqu'il désigne celui-ci comme «Mon chef», il reçoit une vibrante ovation. Gagnon ajoute ensuite : «Je remets mes soldats à M. Maurice Duplessis . Je sais qu'ils seront entre bonnes mains.» Le chef élu déclare pour sa part : «La convention est terminée, mais c'est la lutte qui comence pour délivrer la province, non pas des libéraux, mais d'un régime qui n'a rien de libéral, d'un régime malsain et néfaste qui a coûté à la province des sacrifices inouis.» Cette image d'harmonie au sein des Conservateurs est en partie ternie par l'intervention de l'ancien chef Camillien Houde qui confie aux journalistes : «L'élection de Duplessis comme chef veut dire tout simplement la mort du parti conservateur du Québec.»


En référence: Le Devoir, 4 octobre 1933, p.1,3 et 8, et 5 octobre 1933, p.1, 3, 6 et 10.
En complément: Conrad Black, Duplessis : (tome 1) l'ascension, Montréal, Éditions de l'Homme, 1977. Bernard Saint-Aubin, Duplessis et son époque, Coll. «Jadis et naguère», Montréal, La Presse, 1979, 278 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1933. © nd Commanditaire: Canada Wide. Référence: Bibliothèque nationale du Québec.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke