Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection de Gérald Tremblay à la mairie de Montréal

4 novembre 2001

L'élection de Gérald Tremblay fait de lui le premier maire de la nouvelle ville de Montréal, modifiée en vertu de la Loi 170 sur les regroupements municipaux. Tremblay et son parti, l'Union des citoyens et citoyennes de Montréal (UCIM), ont profité des appréhensions suscitées par les fusions municipales. Le nouveau maire a obtenu 298 952 votes contre 261 326 pour le maire sortant, Pierre Bourque de Vision Montréal (VM).

C'est avec plus de 49 % des votes que le chef de l'Union des citoyens de l'île de Montréal (UCIM), Gérald Tremblay, a vaincu son adversaire, Pierre Bourque, maire sortant et chef de la formation Vision Montréal. Le résultat recèle une certaine ironie puisque Bourque était l'artisan de la fusion des villes de l'île de Montréal en une seule unité politique. Ayant mis de son côté plusieurs villes annexées récemment, le nouveau maire peut se réjouir d'avoir fait élire 41 conseillers de son équipe sur les 73 qui siègent à l'hôtel de ville. Fait intéressant, malgré les importants enjeux se jouant lors de ces élections, seulement 48 % des citoyens des villes annexées se sont rendus aux urnes, contre 44 % pour ceux de l'ancienne ville de Montréal. Réuni au Spectrum avec ses partisans, Tremblay déclare : «Je n'ai jamais été aussi fier d'être Montréalais. Ce soir, Montréal n'a jamais eu autant d'avenir. Ce soir nous n'avons jamais eu autant de défis. Notre défi c'est de mettre de côté nos différences, c'est de nous unir. Nous devons recréer nos liens en fonction d'un seul objectif : la réussite harmonieuse de ce nouveau Montréal dans l'intérêt des citoyens de Montréal et du Québec.» Gérald Tremblay a été ministre de l'Industrie, du Commerce et de la Technologie dans le cabinet du libéral Robert Bourassa entre 1989 et 1994.


En référence: Le Devoir, 5 novembre 2001, p.A1-A2 et A4.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke