Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Début de la visite au Québec du ministre français des Affaires culturelles, André Malraux


Jean Drapeau (maire de Montréal) et André Malraux (ministre d'État français aux Affaires culturelles)

7 octobre 1963

Le ministre d'État aux Affaires culturelles, l'écrivain français André Malraux, entreprend une visite d'une semaine au Québec. Le ministre québécois des Affaires culturelles, Georges-Émile Lapalme, l'accompagnera à plusieurs occasions.

Le passage de ce prestigieux homme de lettres suscite beaucoup d'intérêt. Après un bref séjour à Ottawa, Malraux revient au Québec où il participe à plusieurs cérémonies protocolaires, inaugurant notamment une exposition d'artistes français au musée des Beaux-Arts. Il prononce également de nombreux discours. Sans vouloir s'ingérer dans les affaires internes du pays, l'écrivain ne peut s'empêcher de relever l'attachement particulier de son pays pour les francophones : «la France n'a de regrets qu'à l'égard du Canada français.» À une autre occasion, il déclare : «Je ne vous dirai pas ce que la France peut faire pour vous, mais bien plutôt ce que la France attend de vous.» André Malraux quitte le Québec le 15 octobre, peu de temps après avoir accordé une dernière conférence de presse à l'hôtel Windsor. Sa visite illustre bien le nouveau virage pris par les relations Québec-France depuis l'avènement au pouvoir du gouvernement libéral de Jean Lesage.


En référence: Le Devoir, 7 octobre 1963, p.6, 9 octobre 1963, p.1, 14 octobre 1963, p.12 et 16 octobre 1963, p.1 et 12. La Presse, 8 octobre 1963, p.2.
En complément: Georges-Émile Lapalme, Mémoires, Montréal, Leméac, 1973, 3 vol. Jean-Charles Panneton, Georges-Émile Lapalme, précurseur de la révolution tranquille, Coll. «Études québécoises», Montréal, VLB, 2000, 190 pages. Dale C. Thomson, Jean Lesage et la Révolution tranquille, Saint-Laurent, Trécarré, 1984, 615 pages.
Crédits pour la photo: Année: 1963. © Archives de la ville de Montréal Auteur: inconnu. Commanditaire: inconnu. Référence: inconnu.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke