Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Arrivée à Montréal du cardinal Paul-Émile Léger

29 janvier 1953

Le 29 novembre 1952, le pape Pie XII nomme 24 nouveaux cardinaux au Sacré-Collège. Un d'entre eux est l'archevêque de Montréal, Paul-Émile Léger.

La nomination de Léger constitue une certaine surprise puisque, avant lui, aucun archevêque de Montréal n'avait été élevé au rang de cardinal. Il remplace en quelque sorte le cardinal Rodrigue Villeneuve, un ex-archevêque de Québec décédé en 1947. Au moment de la nomination de Léger, le seul autre cardinal canadien est James McGuigan de Toronto. Paul-Émile Léger est fait cardinal le 15 janvier 1953 lors d'une cérémonie qui se déroule à Rome en présence du pape Pie XII. À son retour à Montréal, le 29 janvier 1953, plusieurs dizaines de milliers de fidèles défient un temps froid et se déplacent à la gare Windsor pour l'accueillir. Vêtu de rouge, Léger prononce alors ces paroles qui resteront célèbres : «Montréal, ô ma ville, tu as voulu te faire belle pour recevoir ton prince!» Le cardinal de 48 ans prend un véritable bain de foule au cours de cette journée mémorable. Il déclare aux fidèles réunis pour l'occasion : «..Montréal c'est vous chers petits, vous qui m'attendez dans le froid, vous qui m'attendez depuis deux mois, vous qui m'aimez et que j'aime. Nous n'osions pas tojours nous le dire, mais depuis que le Saint-Père a fait de moi «votre cardinal», vous ne savez pas comment m'exprimer tout ce que vous ressentez. Oh! comme je vous comprends, car moi aussi je voudrais vous dire toute mon affection et je n'arrive pas à la faire d'une façon satisfaisante.» Quelques jours plus tard, le cardinal Léger se rendra à Québec. Malgré la déception des locaux à ne pas voir leur archevêque, Maurice Roy, accéder au rang de cardinal, ceux-ci lui feront un accueil respectueux.


En référence: Le Devoir, 1er décembre 1952, p.3, 30 janvier 1953, p.1.
En complément: Micheline Lachance, Paul-Émile Léger: Le Prince de l'Église, tome 1, Montréal, Éditions de l'homme, 2000, p.181-185.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke