Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Déclenchement d'une grève au journal «La Presse»

27 octobre 1971

Un différend sur les changements technologiques et la sécurité d'emploi amène les dirigeants du journal «La Presse» à imposer un lock-out à 350 de leurs travailleurs (typographes, clicheurs, pressiers, etc.). Un bras de fer s'engage entre la direction de «La Presse», la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) qui représentent les employés.

Depuis la dernière grève du journal, en 1964, Power Corporation s'est porté acquéreur de «La Presse». Sa volonté d'améliorer la rentabilité de l'entreprise en introduisant des changements technologiques crée des tensions. Elle entraîne également la mise à pied de nombreux travailleurs, ce à quoi s'opposent les syndicats affiliés à la CSN et à la FTQ. Pour la première fois, ces deux centrales mettent leurs divergences de côté pour livrer une bataille commune. Le journal décide de placer en lock-out ses employés de l'imprimerie et d'embaucher des briseurs de grève pour les remplacer. L'édifice de «La Presse» devient une forteresse protégée par des gardes de sécurité armés et accompagnés de chiens policiers. Le journal obtient également une injonction qui limite le piquetage. Les onze syndicats du journal font alors front commun pour appuyer ceux qui sont en lock-out. La pression montant, le journal cesse de paraître le 27 octobre. Le 29 octobre, les centrales organisent une marche de solidarité qui attire plus de 15 000 personnes. Elle dégénère en une violente confrontation entre policiers et manifestants qui cause un mort et 190 blessés. Le 2 novembre, soir des obsèques, 17 000 personnes emplissent le Forum de Montréal pour assister à une grande manifestation syndicale. Il faudra plusieurs mois avant qu'une entente survienne entre les parties. Les travailleurs de l'imprimerie y gagneront la sécurité d'emploi absolue en cas de changements technologiques. Cette victoire est particulièrement chère aux yeux des centrales car plusieurs grèves ont eu lieu dans d'autres journaux sur la problématique des changements technologiques et elles se sont toutes soldées par des défaites syndicales. «La Presse» paraîtra de nouveau le 10 février 1972.


En référence: La Presse, 28 octobre 1971, p.1 et 6, et 10 février 1972.
En complément: Louis Fournier, Histoire de la FTQ 1965-1992: la plus grande centrale syndicale au Québec, Coll. «Dossiers documents», Montréal, Québec/Amérique, p.67 à 71. Cyrille Felteau, Histoire de la Presse, tome 2 : le plus grand quotidien français d'Amérique (1916-1984), Montréal, La Presse, 1983. Louis Fournier, Louis Laberge : le syndicalisme, c'est ma vie, Coll. «Dossiers documents», Montréal, Québec/Amérique, 1992, 418 pages.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke