Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Création de l'Alliance réformiste-conservatrice canadienne à Ottawa

15 janvier 2000

Des délégués de l'Alternative unie réunis à Ottawa décident de fonder une nouvelle formation politique qui a pour mission de rassembler toutes les forces de droite du pays. Le nouveau parti portera le nom d'Alliance réformiste-conservatrice du Canada, ou Alliance canadienne.

L'impuissance du Parti réformiste de Preston Manning à obtenir du succès à l'extérieur des provinces de l'Ouest est à l'origine de ce nouveau parti qui est créé à la faveur du congrès tenu par l'Alternative unie à Ottawa. Le Parti réformiste, qui est également en congrès, accepte le principe d'une consultation populaire qui aura lieu auprès de ses membres pour savoir s'ils acceptent de se fusionner au nouveau parti. Cette option est privilégiée par le chef Manning qui espère également attirer à l'Alliance canadienne des Progressistes-conservateurs. À un autre niveau, le congrès sert à établir la plate-forme du nouveau parti qui est centrée autour de thèmes de droite, comme l'opposition à la décriminalisation de la marijuana, à la loi de 1995 sur les armes à feu et à la reconnaissance des couples de même sexe. Les «alliancistes» souhaitent aussi l'adoption de lois plus sévères à l'endroit des jeunes contrevenants. «Il nous faut une plus grande et une plus large alliance» selon Manning qui adopte le slogan «Think Big» -raillé au Québec pour son association au personnage Elvis Gratton- afin d'inspirer les délégués. Manning obtient à cette occasion un vote de confiance de 74,5 %, un résultat qui en incitent plusieurs à penser qu'il deviendra éventuellement le premier chef de l'Alliance canadienne.


En référence: La Presse, 30 janvier 2000, p.A1, A2, 31 janvier 2000, p.A7. Le Devoir, 31 janvier 2000, p.A1.
En complément: L'Encyclopédie du Canada : édition 2000, Montréal, Stanké, 2000, p.69.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke