Obtention du droit de grève par les enseignants québécois

 

[ Décembre 1965]

Le gouvernement libéral dirigé par Jean Lesage amende le Code du travail adopté en 1964 de façon à accorder aux enseignants le droit de grève.

Depuis l'adoption du Code du travail, en 1964, les employés d'hôpitaux, de commissions scolaires, de municipalités, ainsi que les fonctionnaires (août 1965) ont obtenu le droit de faire la grève. Dans le cas des enseignants, celui-ci s'accompagne cependant d'une interdiction d'une durée de 80 jours si le conflit «compromet l'éducation d'un groupe d'élèves». Dès février 1967, l'application de ce droit de grève fera l'objet d'un bras de fer entre le syndicat et le gouvernement qui entraînera l'adoption d'une loi restrictive par l'Assemblée législative.


En référence: Jacques Rouillard, Histoire du syndicalisme québécois, Montréal, Boréal, 1989, p.356-362. Paul-André Linteau, René Durocher, Jean-Claude Robert, François Ricard, Histoire du Québec contemporain : le Québec depuis 1930, Montréal, Boréal, 1986, p.598-610.
En complément: Louis-Philippe Audet, Histoire de l'enseignement au Québec, Montréal, Holt, Rinehart et Winston, 1971, 2 vol. Dale C. Thomson, Jean Lesage et la Révolution tranquille, Saint-Laurent, Trécarré, 1984, 615 pages. Robert Comeau (sous la direction de), Jean Lesage et l'éveil d'une nation : les débuts de la révolution tranquille, Coll. «Les leaders politiques du Québec contemporain», Sillery, Presses de l'Université du Québec, 1989, 367 pages.

  ©  Tous droits réservés - Bilan du Siècle Perspective monde