Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
L'histoire électorale du Québec de 1867 à 2017
Analyses, carnets électoraux, tableaux
500 pages documentées et référencées
Jean-Herman Guay (politologue) et Serge Gaudreau (historien)

Disponible aux Presses de l'Université Laval
Disponible sur Amazon
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Nomination de Mario Tremblay au poste d'entraîneur du Canadien de Montréal

21 octobre 1995

Quatre jours après le congédiement du directeur gérant Serge Savard et de l'entraîneur Jacques Demers, le président du Canadien de Montréal, Ronald Corey, annonce qu'il a arrêté son choix sur Réjean Houle et Mario Tremblay pour les remplacer.

Le 17 octobre, Corey avait laissé tombé une bombe en annonçant le départ de Savard, de son bras droit André Boudrias, du dépisteur Carol Vadnais et de l'entraîneur Jacques Demers. Ce dernier demeure cependant à l'emploi de l'équipe. Par ce geste, Corey voulait secouer le Canadien qui avait encaissé quatre revers à ses quatre premières parties de la saison 1995-96. Après l'intérim de Jacques Laperrière derrière le banc, c'est finalement à Mario Tremblay qu'est confié le poste d'entraîneur. Du même souffle, on annonce que Yvan Cournoyer l'assistera dans ses fonctions et que le nouveau directeur gérant sera Réjean Houle. Ces trois ex-joueurs du Canadien, gagnants de plusieurs coupes Stanley dans l'uniforme tricolore, manifestent un enthousiasme évident pour la tâche qui les attend. Lors d'une conférence de presse chargée d'émotions, Houle déclare notamment : «On aime tous le Canadien à la mort. Je ne le prends pas que je lis le journal et que je vois le Canadien au 26e rang avec un zéro. Je ne le prends pas et Mario non plus. On va revenir avec une équipe championne dans les plus brefs délais possibles.» Les journalistes soulignent toutefois le fait que ni Houle, ni Tremblay, n'ont d'expérience à leurs postes respectifs, une situation qui risque de jouer contre eux. Le soir de sa nomination, Tremblay est derrière le banc lors de la victoire que le Canadien arrache au Forum de Montréal contre les Maple Leafs de Toronto par le pointage de 4-3.


En référence: La Presse, 18 octobre 1995, p.1, A2, S1 à S6, 22 octobre 1995, p.S1 à S9.
En complément: Mathias Brunet, Mario Tremblay : le bagarreur, Montréal, Québec/Amérique, 300 pages.



Sur Bilan du siècle

Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke