Université de Sherbrooke    Lettres et sciences humaines   École de politique appliquée
Bilan du siècle
Site encyclopédique sur l'histoire du Québec depuis 1900
Mots-clé       Catégories       Années       Élections       Repères            


Élection de David Lewis au poste de chef du Nouveau Parti démocratique

21 avril 1971

Ce congrès qui se déroule à Ottawa marque un tournant pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) alors que David Lewis succède à Tommy Douglas au poste de chef national. Douglas occupait ce poste depuis 1961.

Après une soirée en hommage au chef démissionnaire, Tommy Douglas, les délégués se divisent sur l'adoption d'une résolution portant sur le droit du Québec à l'auto-détermination. Celle-ci est appuyée par la faction Waffle, considérée comme l'aile radicale du NPD, et la délégation québécoise dirigée par Raymond Laliberté. Mais les délégués se prononcent contre à 853 voix contre 423. Une autre résolution des Waffle portant sur la nationalisation des industries exploitant les richesses naturelles est également battue, donnant le ton à la course au leadership à laquelle participe le meneur de cette aile radicale : James Laxer. Face à lui on retrouve David Lewis, Ed Broadbent, John Harney et Frank Howard. Âgé de 61 ans, Lewis, dont l'implication au sein du Co-operative Commonwealth Federation (CCF) -l'ancêtre du NPD- remonte aux années 30, est considéré comme le favori. Après un tour, il devance Laxer par une marge confortable (661 voix contre 378). Cet écart demeurera sensiblement le même jusqu'au décisif quatrième tour où il obtiendra la victoire avec 1 046 votes contre 612 pour Laxer. Au terme de ces quatre journées éprouvantes, le NPD semble divisé et affaibli. Lewis tente quand même de tenir un discours rassembleur. Tout en soulignant qu'il n'a pas l'intention de faire de concessions particulières aux Waffle, il déclare : «Si on peut constater qu'au sein du NPD les idéologies sont variées, c'est que nos membres ont des idées bien déterminées et les débattent avec plus de vigueur qu'au sein des autres partis politiques canadiens.» Lewis demeurera en poste jusqu'en 1975. C'est Ed Broadbent qui lui succédera.


En référence: Le Devoir, 22 avril 1971, p.1-2, 23 avril 1971, p.2, 24 avril 1971, p.1-6 et 26 avril 1971, p.1, 8 et 9.
En complément: André Lamoureux, Le NPD et le Québec : 1958-1985, Montréal, Éditions du Parc, 1985, 230 pages. Desmond Morton, The New Democrats, 1961-1986 : the Politics of Change, Toronto, Copp Clark Pitman, 1986, 253 pages.



Sur Bilan du siècle

Guide de Recherche
Partenanires du Bilan
À propos du Bilan du siècle
Élections générales
Politique et société

Liens externes

Perspective monde
Dimension
Institut de la statistique du Québec
Observatoire des politiques publiques
Cahiers de recherche

Textes et sites

L'impasse souverainiste
Tous dans la classe moyenne
Taxation et budgets: l'opinion publique québécoise
La société du patrimoine politique du Québec
Options politiques

Directeur: Jean-Herman Guay Tous droits réservés - Bilan du Siècle     Université de Sherbrooke